Je suis maladroit, ...

Selon une étude de Que Choisir, environ 24% des smartphones sont touchés par des pannes. Dans presque 70% des cas, l'écran est la première victime. Selon une autre étude de Motorola, 1 utilisateur sur 5 utilise quotidiennement son smartphone avec un écran cassé ! Les téléphones nécessitent alors fréquemment des réparations.

Si je casse mon mobile, pour le faire réparer ou remplacer gratuitement ou à peu de frais, je n'ai pas beaucoup d'options. Une assurance mobile est le seul moyen d'être couvert !

Je souscris à une extension de garantie auprès de mon opérateur. Une telle protection coûte en moyenne une dizaine d'euros en plus par mois sur le forfait, et il est rare qu'elles durent plus de six mois. Mais elles permettent de faire réparer rapidement mon téléphone ou de le changer si la réparation est impossible.

L'assurance mobile, pour une protection maximale

Je peux contracter auprès de ma banque ou d'un revendeur une assurance mobile , elle peut alors prendre en compte tous les appareils "nomades" de la famille (téléphone, appareil photo, tablette, ordinateur portable, etc.), pour dix à quinze euros par mois.

L'assurance couvre ma famille, mais attention :

  • Elle ne gère en général que deux problèmes par an que ce soit vol ou casse.
  • Seuls les appareils de moins de cinq ans sont assurés.
  • Je dois déclarer le sinistre dans un délai de 5 jours, deux jours en cas de vol. Si c'est mon conjoint ou mon enfant qui a cassé son téléphone, je dois joindre un justificatif de domicile.

La panne simple de mon téléphone n'est pas couverte par cette assurance. Mais si je l'ai acheté neuf, qu'il a moins de deux ans et que les conditions de la panne rentrent dans les critères fournis par le constructeur, il devrait pouvoir me réparer mon téléphone gratuitement.

Face au vol, un cadre strict

Les vols de téléphone, souvent à l'arraché, dans le métro ou dans la rue, touchent de nombreuses personnes chaque année. En 2014, l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales comptabilisait 678 000 vols de téléphone, cela fait (à l'époque), que 1,5% des possesseurs de téléphones ont été victimes d'un vol.

Les 14 à 25 ans représentant la catégorie d'âge la plus touchée. Les femmes sont également plus concernées que les hommes selon les statistiques. Il faut savoir que seulement 58% de ces vols ont été signalés.

En cas de vol (ou de perte), je dois immédiatement suspendre ma ligne. Je peux le faire depuis mon espace client en ligne, ou par téléphone.

Si je constate un vol je porte plainte. Pour identifier ou bloquer mon téléphone, je dois fournir à la police et à l'opérateur mon numéro IMEI. Si je ne l'ai pas noté auparavant (en tapant par exemple *#06# depuis mon téléphone), je peux le trouver sur la facture d'achat, la boîte ou encore en contactant mon opérateur.

Le blocage de l'appareil est confirmé sous un à quatre jours par la police à l'opérateur. Je contacte alors mon assureur et je lui joins une copie du procès-verbal.

Il faut toutefois vérifier pour quel type de vol je suis couvert. Souvent les assurances vont me rembourser qu'en cas de vol avec violence, ou effraction. Le vol à l'arraché dans la rue, ou la subtilisation dans ma poche arrière de pantalon ne sont que très rarement pris en charge.