Je choisis le bon timing !

Bonne affaire rime très souvent avec rapidité. Eh oui, les soldes ce sont avant tout des promotions qui partent très vite. Alors, si jamais j'ai de nombreuses pièces à acheter, je n'hésite pas à prendre ma journée. Ou alors, à me lever très tôt pour me brancher sur les sites de mon choix.

Je questionne les vendeurs sur leurs stocks

Une fois le jour des soldes arrivé, ce petit pull bleu marine n'affiche que 30 % de remise. Je n'hésite pas, avant de me lancer, à interpeller un vendeur. Je lui demande si cette démarque sera la dernière, ou si, avec un peu de chance, le vêtement pourrait atteindre les - 70 % au bout de quelques semaines. Cela peut me faire faire quelques économies, pour peu que je ne craigne pas la rupture de stock.

Je reste concentré(e) sur les basiques

Oui, la petite robe léopard à - 70 % est très jolie, peu chère et originale. Mais franchement, est-ce que je vais la porter dans les jours à venir ? Pas sûr. Pendant les soldes, je me concentre avant tout sur ce dont j'ai besoin, ce que je souhaite acheter depuis des mois. Je ne me laisse pas avoir par une démarque avantageuse !

Nul n'est censé ignorer la loi

Les vêtements soldés sont-ils échangeables ? Remboursables ? On lit de tout sur la question. En réalité, le commerçant peut m'échanger ou rembourser une pièce dans le cas où elle présente un défaut de fabrication apparent. En revanche, si ma dernière acquisition n'est pas à la bonne taille ou qu'elle est, finalement, un peu trop fantaisiste, le vendeur n'est en aucun cas obligé juridiquement de me la reprendre et de me la rembourser, ou même de me faire un avoir. Sur Internet, je peux, en revanche, me rétracter durant 14 jours après réception de l'article. Cela laisse donc une certaine marge, même si le retour reste presque souvent à la charge de l'acheteur.