Investir mon argent, d'accord... mais pas n'importe où ! Je veux savoir où vont les fonds que je place sur mes différents livrets d'épargne, et c'est bien normal. Non seulement cet argent ne " dort " pas, mais l'un des avantages du Livret A est que sa gestion est relativement transparente.

Projets d'intérêt général

Le Livret A me rapporte 0,75% brut et je peux y placer jusqu'à 22 950 euros. Dans les faits, 65% de cet argent est centralisé dans un fonds d'épargne géré par la Caisse des Dépôts et consignations, dont l'Etat français est actionnaire à 100%.

Une large partie des 65% détenus par la Caisse des Dépôts sont destinés à des projets d'intérêt général. Cet argent sert par exemple à financer le logement social et le renouvellement urbain. Concrètement, la Caisse des Dépôts prête de l'argent à des organismes de logement social, comme des offices publics d'aménagement et de construction (OPAC), des offices publics de l'habitat (OPH), ou encore des entreprises sociales pour l'habitat (ESH).

Une partie de l'argent sert par ailleurs de garantie, afin d'éviter les risques en cas de problème de remboursement. Ainsi, pour chaque euro prêté, la Caisse des Dépôts en conserve 1,25 à cet effet.

Outre les prêts aux collectivités locales, la Caisse des Dépôts investit une partie de l'argent du Livret A dans des actions d'entreprises, en privilégiant les sociétés françaises.

Financement des PME

Si 65% de l'argent de mon Livret A est géré par la Caisse des Dépôts, qu'advient-il des 35% restants ? C'est la banque dans laquelle j'ai ouvert mon Livret qui en a la responsabilité. Mais là aussi, il existe des règles du jeu ! 75% de cet argent doit obligatoirement servir à financer les PME (petites et moyennes entreprises) françaises.

Les 25% restants sont gérés par la banque de façon libre. Elle peut par exemple les placer sur les marchés financiers sous forme d'actions ou d'obligations d'entreprises pour le faire fructifier à sa guise.

En clair, lorsque je place de l'argent sur mon Livret A, celui-ci sert à accorder des prêts à taux préférentiels aux collectivités locales pour créer des logements sociaux et financer la politique de la ville. Il permet, dans le même temps, de financer l'économie tricolore.