Le DAEU, cousin germain du baccalauréat

J'ai échoué à plusieurs reprises aux épreuves du bac et je n'ai pas envie de recommencer une nouvelle fois. Je sais cependant qu'il existe plusieurs moyens d'accéder à l'université sans avoir le baccalauréat, grâce à des diplômes de niveau équivalent. Parmi eux, le Diplôme d'Accès aux Études Universitaires (DAEU). Il est accessible aux élèves de 20 ans ou plus ayant déjà deux ans d'expérience professionnelle ainsi qu'aux personnes de plus de 24 ans. Ayant travaillé en parallèle de mes études, je peux y accéder et valider cette formation en un an ou plus. Il se différencie du bac de par son caractère plus adapté à de jeunes travailleurs ayant une vie de famille ou étant déjà insérés dans le monde du travail comme moi. Le DAEU propose quatre matières, à savoir le français si je choisis l'option littéraire (A), les mathématiques si je choisis l'option scientifique (B) ainsi que deux autres matières au choix selon mon projet. Une fois mon diplôme validé, je pourrais intégrer une licence, un BTS, un IUT, ou passer les concours administratifs, au même titre que les bacheliers.

Le droit d'être avocat sans avoir le bac

Si je souhaite exercer un métier en lien avec le domaine juridique sans être bachelier, la capacité en droit s'avère être une solution envisageable. Comme son nom l'indique, cette formation est un cursus juridique dans le domaine du droit. Si je me dirige dans cette voie, j'aurai cours le soir en semaine ou le samedi. Cela me permettra de travailler en même temps. La capacité en droit me donnera accès à la première ou deuxième année de licence de droit en fonction de mes résultats mais aussi à un DUT Carrières Juridiques ou Gestion Administration des Entreprises. Les concours de catégorie B de la fonction publique ainsi que les instituts d'études politiques sont aussi disponible après une " capa ". Cependant, je dois bien réfléchir avant de choisir la capacité en droit car le taux de réussite n'est que de 30 à 40 %.

Les formations privées, une autre solution à étudier

Enfin, si le DAEU et la " capa " ne me disent rien ou que je ne remplis par les critères demandés, certains BTS acceptent des élèves non bacheliers. Dans une formation comme celle-ci, le directeur de l'établissement est le seul habilité à décider de mon admission ou non. Si je dispose d'un niveau terminal avec un dossier correct, je pourrai tenter ma chance dans un BTS. Je réfléchis aussi à intégrer une école privée accessible aux élèves ayant échoué le bac. Elles me permettront de préparer un BTS, mais je dois rester vigilent car la qualité de ces formations est hétérogène. Dans la formation française, seul le dernier diplôme compte. Je pourrais donc continuer mes études ensuite sans être pénalisé par le fait que je ne sois pas bachelier.

Le bac reste la solution la plus simple

Quoi qu'on en dise, avoir le bac reste tout de même la voie la plus aisée pour accéder à l'université. J'ai déjà échoué à plusieurs reprises, certes, mais je peux toujours l'obtenir grâce au dispositif " bénéfice des notes ". Il me permet de ne repasser que les matières ou j'ai eu moins de 10 et la formation se fait via le CNED ou par alternance.