Avant de me lancer

Je dois suivre quelques conseils avant de me lancer sur le marché des matières premières. Le premier est de pouvoir prendre des décisions réfléchies à tout moment. Il s'agit d'un secteur où les cours sont très volatiles, je dois donc pouvoir anticiper les variations et ne pas prendre de décision à la volée.

Je dois également rester informé en permanence. Le prix d'un produit comme le blé dépend de très nombreux facteurs à surveiller, comme le climat, la situation géopolitique dans une région clef ou encore la valeur d'un autre produit proche. Si celui-ci chute drastiquement, les investisseurs peuvent vouloir se rabattre sur la denrée que je négocie.

Les ETF

Un ETF, aussi appelé tracker, est un fonds de placement négociable en bourse dont le but est de suivre au plus près les variations d'un indice ou d'une valeur. Dans le cas des matières premières, il suit le cours d'un produit en particulier, comme l'argent ou le pétrole. Leur facilité d'accès me permet d'en acheter et d'en vendre aisément. En revanche, je dois faire attention à leur très forte volatilité.

Les émetteurs de ces ETF ne possèdent évidemment pas les matières premières eux-mêmes (à part pour certains métaux précieux comme l'or et le platine). Les fonds d'investissement sont constitués de futures, des contrats à terme permettant théoriquement d'acheter physiquement le matériau à la date d'expiration.

Le marché à terme

Le future, ou contrat à terme en français, est un produit dérivé permettant d'acheter un sous-jacent à un prix donné à une date donnée. Il a été créé par les producteurs au XIXe siècle pour se prémunir contre une mauvaise récolte. Il est aujourd'hui utilisé par les investisseurs boursiers qui spéculent sur la hausse ou la baisse des matières premières.

Les contrats à terme sont relativement difficiles d'accès. Ils nécessitent l'ouverture d'un compte-titres spécifique chez mon courtier et un investissement minimal qui peut atteindre plusieurs milliers d'euros. Je dois donc bien me renseigner avant d'envisager cette option et, si nécessaire, me former plus avant.

Investir dans les entreprises

Une troisième solution consiste à investir dans les entreprises produisant ces matières premières. En achetant leurs actions ou leurs obligations, je m'expose à moins de risques qu'en me lançant dans la négociation de futures. Par ailleurs, si je possède un portefeuille encore peu fourni, je n'aurai pas les moyens de couvrir mon engagement sur le marché à terme.