Fonds éthique : définition

Créés dans les années 1920, les fonds éthiques sont des fonds de placement dits socialement responsables. Leur but est de faire fructifier l'argent investi, comme tout OPCVM, tout en appliquant des contraintes morales à l'investissement. Les critères sont répartis en deux catégories :

  • les critères positifs : les administrateurs du fonds choisissent d'investir uniquement dans des valeurs qui aident à l'expansion de l'économie d'un pays en voie de développement ou à la création de projets socialement ou écologiquement responsables, par exemple,
  • les critères négatifs : les administrateurs du fonds choisissent de ne pas investir dans certains actifs contraires à leurs valeurs, comme les industries pétrolières ou du tabac, par exemple.

Le fonctionnement

En dehors de ces contraintes, le fonctionnement d'un fonds éthique ne diffère pas des autres OPCVM. Ils sont toujours répartis en plusieurs types dont les principaux sont le fonds monétaire, le fonds obligataire et le fonds actions. Chacun présente un niveau de risque différent et je dois les choisir en fonction de mon profil d'investisseur.

Leur gestion se place dans l'une des deux catégories suivantes :

  • la gestion active : l'objectif est de dépasser la performance d'un indice ou d'un secteur donné, qui est choisi à la création du fonds,
  • la gestion passive : l'objectif est de simplement suivre la performance d'un indice ou d'un secteur donné. Cela permet une automatisation partielle des transactions, ce qui réduit les frais de gestion pour les détenteurs de parts.

Choisir un fonds éthique

Pour choisir le ou les fonds éthiques dans lesquels je vais investir, je dois tout d'abord me renseigner sur les critères moraux appliqués par la société de gestion. Pour cela, il me suffit de lui demander de m'envoyer de la documentation sur ses activités.

Je dois ensuite me renseigner sur les frais que je devrai payer si j'achète des parts du fonds. Les frais d'entrée s'élèvent entre 2 et 5% du capital investi. Ensuite, des frais de gestion sont prélevés annuellement. En fonction du nombre de transactions effectuées, ils atteignent entre 1 et 3%. Enfin, des frais de surperformance, dont le taux est fixe et connu à l'avance, peuvent être ponctionnés si le fonds dépasse les prévisions.

Dernier critère de sélection : la volatilité. Elle sert à mesurer le niveau de risque d'un fonds de placement. Plus elle est élevée, plus le rendement, et donc les revenus, est irrégulier. À l'inverse, si elle est faible, la progression de l'OPCVM est régulière.