Une augmentation massive des demandes en deux ans

A peine le vote sur le Brexit acté, déjà les demandes de naturalisation ont commencé à affluer. En 2016, le ministère de l'Intérieur a reçu 1 363 requêtes de naturalisation, puis en 2017, plus de 3 000. Si ces chiffres semblent faibles rapportés aux 150 000 à 400 000 citoyens Britanniques vivant régulièrement en France, ils représentent tout de même une augmentation de 450 % par rapport à 2015 ! L'Ile-de-France et l'Occitanie figure en tête des régions recevant le plus de demandes de naturalisation.

En Europe, la France n'est pas la seule à observer une situation similaire. L'Allemagne est même le pays où les Britanniques vont le plus demander la double nationalité. Ce type de démarches a augmenté de 361 % depuis 2016, viennent ensuite la Suède, la Suisse, les Pays-Bas et enfin la France.

Pas si simple de se faire naturaliser Français

Cependant, même si le nombre de demandes a beaucoup augmenté, les personnes effectivement naturalisées sur la même période n'a que peu changé. En effet, il faut compter, au minimum, un an et demi pour que le processus soit complet. Il faut fournir un dossier solide qui n'est pas forcément accepté. Il faut justifier d'avoir vécu ces cinq dernières années en France, de fournir plusieurs papiers d'état civil, y compris ceux des parents, un extrait de casier judiciaire vierge, et si on a moins de 60 ans, un diplôme actant d'une formation à la langue française.

Tous les documents doivent être traduits par un expert assermenté. Après toutes ses démarches, il est possible d'avoir un entretien en préfecture, où l'on testera les connaissances culturelles françaises du demandeur et si c'est positif, cela ouvrira la voie à une naturalisation.