Comment lire un document auquel il ne manquerait, pourtant, que la parole. Je peux commencer par regrouper les nombreuses mentions de mon bulletin de salaire en cinq catégories :

  • La période rémunérée et date de paiement,
  • La base de calcul de la rémunération,
  • Le décompte de la somme perçue,
  • Les cotisations patronales de sécurité sociale,
  • Les congés payés.

Des mentions obligatoires

A y regarder de plus près, un bulletin de salaire est relativement simple à appréhender. Au travers notamment des mentions obligatoires qu'il comporte :

  • Le nom et de l'adresse de l'employeur,
  • Le numéro de Siret (c'est le système d'identification du répertoire des établissements),
  • Les codes NAF (nomenclature d'activités française) ou APE (activité principale exercée),
  • Les coordonnées de la caisse Urssaf (Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales) à laquelle je cotise,
  • La convention collective de ma société. Elle permet de connaître les délais de préavis et le montant des indemnités prévues en cas de rupture du contrat de travail.

Quel est la base de calcul de ma rémunération ?

Je reçois un salaire "brut". C'est ce que me verse l'entreprise. Mon employeur cotise en outre à diverses caisses pour tous ses salariés : il s'agit des cotisations patronales. Entre brut et net, je constaterai donc nécessairement un sensible décalage...

Attention, même s'ils tendent à s'uniformiser et à s'alléger, les bulletins de salaire ne se ressemblent pas tous. Les fiches de paie peuvent ainsi comporter les dispositifs de cantine, de chèques restaurants, de mutuelle, de remboursement du titre de transport...

Ma rémunération brute est composée de mon salaire de base auquel peuvent s'ajouter, en fonction de ma profession :

Et mes congés payés alors ? Mon bulletin indique la date des congés pris, ainsi que mes RTT. Ce qui veut dire que si, au cours du mois, j'ai pris des congés payés, leur date ainsi que le montant de l'indemnité doivent apparaître.