A vérifier avant le départ

Avant tout, je dois vérifier que ma carte bancaire est utilisable dans le pays où je me rends. J'ai tout intérêt à posséder une carte bancaire internationale (VISA ou Mastercard). Autrement, trouver un distributeur acceptant ma carte pourrait s'avérer difficile !

Je pense également à vérifier les clauses de mon contrat de carte bancaire : la plupart de ces contrats, en effet, prévoient des assurances voyage.

Je m'assure également, bien sûr, que ma carte ne va pas expirer lorsque je serai à l'étranger.

Enfin, je m'informe sur le plafond (hebdomadaire et journalier) des retraits et des paiements qui me sont autorisés à l'étranger. Si j'envisage des dépenses particulièrement importantes, je peux demander à mon conseiller d'augmenter temporairement ce plafond.

Même si je ne souhaite pas toucher à ce plafond, il est important de prévenir mon conseiller de mon voyage. Cela peut paraître anecdotique, mais je risque de le regretter si je n'y pense pas : certaines banques bloquent en effet les retraits effectués à l'étranger, dans le but de limiter les fraudes...

A prendre avec moi

Avant le départ, je ne dois pas oublier de noter plusieurs choses :

  • Le numéro international du serveur interbancaire français, qui me permet de faire opposition n'importe quel jour à n'importe quelle heure : +33 442 605 303. Je note également l'éventuel numéro du service interbancaire d'opposition du pays où je vais,
  • Le numéro de ma carte bancaire et sa date d'expiration (que je conserve en des endroits bien cachés !). Ils peuvent me servir, notamment, pour pouvoir faire opposition,
  • Les coordonnées des services d'assistance et d'assurance liés à mon contrat de carte bancaire.

Enfin, je peux faire une signature au dos de ma carte bancaire et écrire : "show ID" (soit, en anglais, "montrez une pièce d'identité"). En cas de vol de ma carte à l'étranger, cette précaution pourrait limiter l'usage frauduleux qui sera fait de celle-ci.

A garder en tête sur place

Lorsque j'utilise ma carte à l'étranger, je n'oublie pas de demander un ticket de retrait ou de paiement, que je conserve jusqu'à mon retour.

Si je dois payer avec une machine "fer à repasser" (l'ancêtre de la machine à carte bancaire, parfois encore utilisée à l'étranger, qui prend l'empreinte de la carte), je vérifie qu'il n'est pas possible de modifier la somme indiquée (par exemple, de rajouter un 0).

Après avoir confié ma carte bancaire à un commerçant, je m'assure que la transaction se réalise sous mes yeux – il est aisé de voler les données d'une carte bancaire !

Et de manière générale, bien sûr, il vaut mieux que je ne me sépare jamais de ma carte !