Carte bancaire : pourquoi parle-t-on de "carte bleue" ?

Lundi 16 Mai 2016

 La "Carte Bleue" est née en France en 1967.

La "Carte Bleue" est née en France en 1967.

En France, le terme de "carte bleue" est utilisé dans le langage courant pour parler des cartes bancaires. Il s'agit en réalité du nom officiel de la première carte de paiement française, utilisé par la suite par la marque VISA. Mais d'où vient exactement ce nom ? Un peu d'histoire :
?
Advertisement

Aux origines de la "Carte Bleue"

C'est aux Etats-Unis qu'apparaissent, dans les années 1950, les premières cartes de paiement et de crédit.

Au cours de la décennie suivante, les grandes banques françaises, inspirées par cette innovation, décident de collaborer afin de diffuser des cartes de paiement nationales. Cinq grands établissements (la BNP, le Crédit lyonnais, la Société générale, le CIC et le Crédit commercial de France) lancent la première carte bancaire française, en 1967 : la "Carte Bleue". Celle-ci ne permet d'effectuer que des paiements : les distributeurs automatiques, en effet, ne font leur apparition que quelques années plus tard, en 1971.

La diffusion de la Carte Bleue en France est loin d'être immédiate : en 1967, pour le lancement de la carte, seuls 12 000 commerçants acceptèrent ce nouveau moyen de paiement.

Pourquoi le nom de "Carte Bleue" ?

Le nom de "Carte Bleue" a été choisi par les 5 grands établissements bancaires pour plusieurs raisons :

  • la couleur bleu était un clin d'oeil... au maillot de l'équipe de France de rugby ! Si la Coupe du monde de rugby n'avait pas encore été créée à cette époque, le Tournoi des Cinq nations (aujourd'hui Tournoi des Six Nations), lui, existe depuis 1882,
  • le bleu est une couleur sereine, évoquant "l'immensité céleste" (source : BNP),
  • le logo de la carte, "CB", peut faire référence à "Carte Bleue" comme à "Carte Bancaire".
 La couleur bleu a en partie été choisie en hommage à l'équipe de France de rugby.

La couleur bleu a en partie été choisie en hommage à l'équipe de France de rugby.

La "Carte Bleue" devient une carte VISA

Les banques ayant lancé la Carte Bleue forment à partir de 1971 un groupement d'intérêt économique (ce qui leur permet d'être reconnues par la loi comme une personne morale), baptisé le "Groupement Carte Bleue". En 1974, celui-ci s'associe avec la société américaine Bank of America, dont la division internationale devient "VISA International" en 1976.

Les "Cartes Bleues" à proprement parler sont donc uniquement des cartes VISA (bien que l'on utilise ce terme pour parler des cartes bancaires en général). Sur les cartes de cette marque, le logo "VISA" se superpose à un rectangle bleu dans lequel sont inscrits les mots "Carte Bleue".

Les cartes de la marque "Mastercard", également proposées par les banques françaises à leurs clients, ne portent pas le nom de "Carte Bleue".

À noter : le "Groupement Carte Bleue" est devenu le "Groupement des Cartes Bancaires CB" en 1984, avec l'ajout au groupe des banques Crédit mutuel et Crédit agricole.

Le saviez-vous ?

Carte de retrait et carte de paiement : quelles différences ?

La "carte de retrait", comme son nom l’indique, permet uniquement de retirer de l’argent aux distributeurs automatiques de billets. La "carte de paiement", en revanche, permet à la fois d’effectuer des paiements et des retraits. Il s’agit de la carte bancaire la plus courante.

plus de dossiers

Dossier

Études supérieures : tout pour bien les préparer

Dossier

Tout savoir sur mon assurance vie

Dossier

Epargne : où placer mon argent ?

Lifestyle

Combien ça coûte... aller à l'opéra ?

Parmi les clichés sur l'opéra, il y a celui qu'il est réservé à une élite. Il est pourtant accessible même aux novices ! Mais combien coûtent les places ?

Les 5 concept cars les plus surprenants de 2017

En 2017, les plus grandes marques automobiles ont présenté des dizaines de nouveaux concepts, tous plus ingénieux les uns que les autres, dans les salons du monde entier.

Combien ça coûte... un film américain ?

Les budgets des films hollywoodiens peuvent atteindre des montants faramineux. A quoi correspondent ces frais de production ?