Tout dépend en fait du voyage que vous voulez effectuez. Vous avez le choix : vous voulez simplement aller en vacances sur Mars, vous y installer définitivement ou c'est simplement par curiosité scientifique ?

SpaceX, par la voix de son génial fondateur Elon Musk, a estimé récemment le prix d'un vol commercial vers la planète rouge à 10 milliards de dollars par personne. Mais, dans son programme, il annonce un billet à environ 200 000 dollars, pour un départ pas avant 2030, tout de même. Cela est en partie dû à sa volonté de réutiliser ses fusées... Quand elles n'exploseront plus.

En Europe, la fondation hollandaise Mars One a lancé il y a quelques années une annonce pour recruter une équipe qui ira s'installer de manière permanente chez notre voisine. Le but est de "transformer l'humanité en espèce transplanétaire", comme ils le disent si bien.

Pour ce faire, ses membres ont travaillé dur et ont abouti à un coût global de 6 milliards de dollars pour la mission. Cela comprend notamment plus de 500 millions pour l'entraînement des astronautes et environ 3,5 milliards pour les envoyer là-haut avec tout le matériel nécessaire. Ils prévoient également de dépenser près de 2 milliards par an pour envoyer d'autres personnes et rester en contact avec la première ville martienne.

Enfin, si vous ne vous intéressez qu'à la science, vous pouvez toquer à la porte de la NASA, l'agence spatiale américaine, qui planche sur le voyage vers Mars depuis la fin des années 1980. Le montant précis du programme n'est pas divulgué publiquement par l'organisation, mais on sait que l'envoi de la sonde Curiosity en 2012 a coûté près de 2,5 milliards de dollars. On sait également qu'environ 9 milliards sont attribués chaque année à la planification et au maintien de missions spatiales habitées, comme la station orbitale ISS.

Ce budget prend tout en compte, y compris le développement de nouvelles technologies, comme la fusée SLS, une roquette gigantesque, qui a reçu un financement de 2 milliards de dollars plus tôt dans l'année. Celle-ci permettrait d'aller facilement sur Mars et, pourquoi pas, plus loin encore. Vers l'infini, et au-delà ?