Participer à ce type d'événement, ça a un prix. Selon le lieu choisi, votre investissement peut rapidement augmenter, et tout le monde n'est pas capable d'y trouver son compte.

L'importance des emplacements

Pour un commerçant, il n'y a que les chiffres qui parlent. Et les chiffres du marché de Noël peuvent facilement faire tourner la tête... Rien qu'en Alsace, la région française la plus réputée pour ses célébrations de Noël, on y comptait près de 3 millions de visiteurs en 2015 ! Sachant que les français dépensent en moyenne 538 euros par foyer, pendant Noël, il faut admettre qu'en tant qu'artisan, on veut être de la partie. Les profits potentiels en termes d'exposition, et de retour sur investissement, sont inouïs. On n'en ressort pas forcément millionnaire, mais sans la période de Noël, de nombreux commerçants finiraient en déficit sur leurs revenus annuels.

Quel retour sur investissement ?

Beaucoup de facteurs financiers entrent tout de même en compte, lorsque l'on décide de se lancer dans un marché de Noël. Les meilleurs emplacements, dans les plus grandes villes, coûtent forcément plus cher. Pour réserver sur les Champs-Elysées, en 2013, il fallait compter entre 10 000 et 20 000 euros par emplacement. Dans la ville de Montbéliard, près de la frontière suisse, on descend à 1 500 euros en 2016 (contre 5 000 euros sur le parvis de La Défense). A cela viennent s'ajouter : le coût de location du chalet (souvent inclus dans le prix de l'emplacement), le transport des marchandises, les décorations, les bonbonnes de gaz, (si nécessaire) l'électricité, etc. Pour un commerçant qui saurait débloquer les fonds suffisants et s'assurer de rester rentable dans la lancée, il s'agit d'une occasion en or ! Après tout, plusieurs millions de touristes se rendent en France pour visiter les marchés de Noël, chaque année, avec un budget généralement plus important que celui de la population locale.