Warrant call ou warrant put ?

Le warrant est un produit dérivé donnant le droit d'acheter ou de vendre un autre produit de bourse à un prix donné et jusqu'à une date définie. Sa négociation est possible uniquement via un compte-titres ordinaire. Il en existe deux types :

  • le warrant call : il donne le droit d'acheter son sous-jacent. Lorsque le cours de ce dernier monte, le prix du warrant augmente. Je peux en acheter si j'estime qu'un actif va grimper,
  • le warrant put : il donne le droit de vendre son sous-jacent. Son prix augmente lorsque le cours de la valeur baisse. Je peux en acheter si j'estime qu'une valeur que je possède va chuter.

Plus généralement, les warrants se répartissent dans deux catégories, selon leur mode d'exercice :

  • les warrants européens : je peux exercer mon droit d'achat ou de vente du sous-jacent uniquement à la date d'échéance,
  • les warrants américains : je peux exercer mon droit d'achat ou de vente du sous-jacent quand je le souhaite jusqu'à la date d'échéance. Une fois cette opération effectuée, le warrant est désactivé par son émetteur.

Calculer la prime d'un warrant

La prime d'un warrant est le prix auquel je peux l'acheter ou le vendre. Elle dépend de deux valeurs :

  • la valeur intrinsèque : c'est la différence entre le cours du sous-jacent et le prix d'exercice (le prix auquel le warrant me donne le droit d'acheter ou de vendre le sous-jacent). Dans le cas d'un warrant call, je soustrais le second au premier, et j'effectue l'inverse pour un warrant put. Le résultat ne peut pas être négatif, seulement positif ou nul,
  • la valeur temps : elle quantifie la probabilité de réaliser une plus-value en exerçant le warrant avant son échéance. Plus on est près de celle-ci, plus la valeur temps est faible, jusqu'à devenir nulle.

Pour obtenir la prime d'un warrant, j'additionne simplement la valeur intrinsèque à la valeur temps.

Calculer l'effet de levier d'un warrant

Le warrant dispose d'un effet de levier, c'est-à-dire qu'il amplifie les variations de son sous-jacent. Son calcul est le même que celui du turbo : il dépend du cours de l'actif auquel il est adossé. Je multiplie la prime du warrant par sa parité, puis je divise le cours du sous-jacent par le résultat obtenu.

Exemple : Une action Z cote 50 euros. Le warrant call Y, lui, vaut 2 euros et possède une parité de 6. Le niveau de son effet de levier est alors de 50/(2x6) = 50/12 : 4,2. Cela veut dire que si le cours de Z monte de 1%, celui de Y grimpe de 4,2%.