En effet, le mental a autant (voire plus) d'impact que le physique, sur votre performance. Notre cerveau est un organe en constante évolution et, lui aussi, il faut le muscler !

L'importance du mental

On oublie souvent que lorsque l'on se bat à armes égales, en compétition sportive (et peu importe la discipline), c'est dans la tête que ça se joue. Dans les situations les plus délicates, il faut savoir prendre une décision cohérente en un laps de temps très réduit. Quand on fournit un effort physique, il faut être capable de tolérer la fatigue et la douleur. C'est là que la différence se fera. Au bout d'un moment, surtout dans les sports de haut niveau, le combat devient psychologique. Votre cerveau entre également en compte dans les sports d'équipe, (comme le basket-ball) où certains joueurs peuvent avoir un fort impact sur le match sans forcément marquer de points. Un meneur de jeu, qui a une grande connaissance de son sport, sait exploiter les failles de la défense, garder son calme dans les moments forts, et rendre ses coéquipiers meilleurs par sa simple présence sur le terrain. En course à pied, on observe également qu'une grande part de stratégie (dans le rythme de course, le type de sol, le positionnement, etc.) entre en compte...

Se préparer à la course

Le poste de "préparateur mental" se développe progressivement, dans le milieu du sport, mais reste mal connu. Il effectue souvent un entraînement détaché de celui du reste de l'équipe, et les entraîneurs veulent éviter qu'il n'y ait des contradictions avec la préparation physique. Cependant, en suivant quelques exercices simples, il est possible de se préparer sans avoir recours à un spécialiste. L'essentiel est d'apprendre à connaître votre corps. Il faut observer et analyser vos sensations (les phases d'éveil, de découragement, de fatigue, etc.) et rester concentré sur votre objectif. On dénote deux axes principaux, dans la préparation mentale : le niveau d'engagement (motivation) et le niveau d'attention (concentration). Votre engagement est défini par vos attentes, vos objectifs et votre ambition, tandis que le niveau d'attention dépendra de vos émotions (et votre capacité à les contrôler en période de stress). Pour bien vous préparer, il est donc primordial de trouver un point d'équilibre entre ces deux éléments.

Quelques astuces à retenir

L'un des principaux outils du "parfait sportif", psychologiquement parlant, est le monologue intérieur. En effet, de nombreux sportifs de haut niveau prennent l'habitude de se parler à eux-mêmes, durant les compétitions. C'est un très bon moyen de rester concentré et de se motiver pendant les moments les plus difficiles. Le seul hic, c'est que beaucoup d'athlètes ont tendance à avoir des pensées négatives (quand le déroulement du jeu ne va pas dans leur sens). C'est une erreur à ne pas commettre ! Si vous ne réussissez pas à chasser ces pensées négatives, tâchez de vous distraire (en comptant les arbres ou en écoutant de la musique, par exemple). Enfin, la technique du "check-in" fonctionne particulièrement bien pour les longs parcours, comme les marathons. Il s'agit de faire un bilan de votre état physique, dans votre tête, en passant en revue chaque partie du corps. Vous vous rendrez peut-être compte qu'en changeant de posture, certaines douleurs disparaîtront.