Entretenir une résidence secondaire a un coût non négligeable . Pour réduire les frais, je peux être tenté(e) de la louer quelques mois par an. Encore faut-il savoir comment s'y prendre. Depuis la loi Alur, en effet, la location temporaire d'une résidence principale a été simplifiée : jusqu'à un maximum de quatre mois par an, je suis libre de faire ce que je veux. Le cas des résidences secondaires est en revanche plus complexe.

Quelle est la réglementation ?

Les règles concernant la location d'un appartement ou d'une maison comme meublé de tourisme peuvent varier d'une ville à l'autre. Les principes suivants s'appliquent :

  • Puisqu'il ne s'agit pas de ma résidence principale, je dois faire une déclaration à la mairie via un formulaire spécifique, le Cerfa n°14004*02.
  • Si le logement se trouve à Paris, dans sa petite couronne, dans une ville de plus de 200 000 habitants ou dans certaines communes de plus de 50 000 habitants, il me faut obtenir une autorisation préalable en mairie.
  • Dans les villes de plus de 200 000 habitants, la délivrance de cette autorisation s'accompagne d'une clause dite "de compensation" : en clair, pour louer ma résidence secondaire, la commune peut m'imposer d'acheter une surface équivalente de local commercial pour le transformer en local d'habitation.

Comment tirer le maximum de mon logement ?

La première question à se poser, c'est de savoir si je souhaite louer moi-même ou passer par une agence spécialisée. Bien sûr, la première solution est plus avantageuse financièrement. En revanche, elle implique plus de travail pour entretenir la maison entre deux occupants, leur remettre les clés, publier les annonces, etc.

De même, le choix de la saison pendant laquelle je loue ma maison de vacances aura une incidence sur le montant que je pourrai en tirer. Parfois, mieux vaut sacrifier quelques semaines de vacances en haute saison afin de tirer le meilleur parti de la location.

Comment déclarer mes revenus

Les revenus que je tire de la location de ma maison de vacances sont soumis à l'impôt sur le revenu, tout comme la location d'un appartement à l'année. Le régime est celui des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Deux cas de figure se présentent :

  • Si les revenus tirés de cette location ne dépassent pas 82 200 € par an, alors je peux bénéficier du régime "micro BIC". Cela me permet de bénéficier d'un abattement forfaitaire de 71 %.
  • Si la location me rapporte plus de 82 200 € par an (ou si je ne souhaite pas bénéficier du micro BIC), alors je suis soumis au régime des bénéfices réels. Au moment de déclarer mes revenus, je dois donc faire moi-même le calcul des frais et charges liés à ma résidence secondaire et les déduire de mes revenus.