Non,le testament n'est pas irrévocable : je peux le modifier quand je veux, et autant de fois que je le souhaite.

Pourquoi mettre à jour son testament ?

Mariage, naissance, divorce... après de tels événements familiaux, je peux souhaiter que mon patrimoine soit réparti d'une nouvelle manière. Celui-ci, d'ailleurs, peut aussi évoluer au fil du temps, et m'inspirer une nouvelle organisation de ma succession.

Dans certains cas, modifier mon testament peut même être nécessaire afin que ma succession soit exécutée correctement. En effet, je dois tenir compte, lorsque je rédige mon testament, de la part due aux "héritiers réservataires". Certains membres de ma famille - mes ascendants, et si je n'en ai pas mon conjoint - sont considérés par la loi comme prioritaires sur mon héritage : ils doivent nécessairement recueillir une part précise de mon patrimoine, la "réserve héréditaire".

Or, certains changements d'ordre familial peuvent redéfinir les héritiers réservataires, et augmenter ou diminuer la part de la succession que je répartis comme bon me semble (la "quotité disponible"). Par exemple, si j'étais sans enfant au moment de la rédaction de mon testament et que je viens à en avoir un par la suite, celui-ci devient mon héritier réservataire – ce qui change les règles de succession dont je dois tenir compte.

Modifier mon testament : quelles méthodes ?

Je peux modifier le testament, le révoquer (abolir ses effets futurs) ou l'annuler (le contrat est considéré comme n'ayant jamais existé).

Différentes options sont possibles :

  • Je détruis le testament. Si j'ai rédigé moi-même un testament olographe que je conserve chez moi (et que je n'ai pas confié, donc, à un notaire), je n'ai qu'à le détruire (déchirer, brûler, peu importe) pour qu'il ne soit plus valide,
  • Je fais un nouveau testament : si je rédige un nouveau testament daté, celui-ci annulera le précédent. Il est cependant conseillé de préciser dans le nouveau testament ce remplacement,
  • J'établis un codicille : il s'agit d'un document, comportant mon nom et ma signature, qui fixe des changements à mon testament. Il se trouvera en annexe de celui-ci. Je peux le faire de trois manières : de manière olographe (je l'écris seul, à la main) ; avec deux témoins qui n'ont pas d'intérêt dans la succession (je n'ai pas besoin de rédiger le document à la main, mais chaque témoin doit signer ce codicille et parapher chacune de ses pages) ; ou, enfin, avec un notaire (celui-ci rédige, puis je signe). Le type du codicille n'a pas besoin de correspondre à celui du testament.