Je dois être conscient de ma situation et de celle de mon entreprise

Pour avoir une chance de voir le chiffre de mon salaire augmenter sur ma fiche de paie, je dois être lucide sur la situation de mon entreprise. Solliciter mon patron pour une augmentation quelques mois après l'annonce d'un plan social n'est pas forcément très judicieux...

Attention donc à choisir le bon timing. J'aurai plus de chances de convaincre ma direction de mes qualités si je viens avec des preuves tangibles de mes performances. Je viens de réaliser les objectifs fixés avec un mois d'avance ? Je ne dois pas attendre mon entretien annuel pour le dire. C'est l'occasion d'amorcer une discussion sur une augmentation salariale tout de suite. Même chose si j'ai réussi à convaincre un nouveau client de signer chez nous, par exemple.

Evitez en revanche d'emblée de signifier vos problèmes financiers personnels ou de rappeler votre loyauté à l'entreprise. N'en faites surtout pas des arguments : ce sont vraiment vos qualités professionnelles qu'il faudra mettre en avant lors de l'entretien.

Je suis sûr de moi et je n'hésite pas, sans être agressif

Après avoir trouvé le prétexte pour demander un entretien à mon supérieur hiérarchique, je dois encore me préparer à la discussion. Idéalement, il faudrait que je puisse chiffrer mon apport à la société mais aussi la somme que je vais demander.

D'où l'importance de bien connaître mon entreprise et ses contraintes pour ne pas demander une augmentation inaccessible. Je dois quand même rester raisonnable. Et être ouvert à des améliorations ! Car je dois m'attendre à un refus : dans ce cas, à moi de ne pas céder à la facilité du chantage au départ (ce qui aurait de grandes chances de me desservir) et de demander ce que je dois faire pour faire mieux.

Après l'entretien avec mon patron, il est déconseillé de le harceler pour qu'il me donne sa réponse. Pas la peine de faire le siège de son bureau pour savoir si mon augmentation de salaire est accordée ou pas ! Si je connais bien l'organigramme de ma boite, je sais que mon supérieur hiérarchique doit faire passer ma demande à ses propres patrons. Surtout si l'entreprise connaît des difficultés, une augmentation de salaire ne peut pas être accordée à la légère. Ensuite, si je n'ai pas choisi le bon moment pour parler à mon patron, ma demande risque d'être prise dans le flot des préoccupations quotidiennes, et ne reviendra à la surface que plus tard. Alors patience !