Est-ce que j'ai fait mon testament ?

Qui dit donation, succession ou transmission de patrimoine dit (souvent) testament. Ce document, qui peut être conservé par le notaire, recense mes dernières volontés et l'ordre de succession.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, il n'y a pas d'âge pour faire son testament : il s'agit juste d'une étape pour préparer sereinement ma succession. Je facilite ainsi la transmission de mon patrimoine, sans me dessaisir de mon vivant de mes biens.

Est-ce que j'ai souscrit à une assurance-vie ?

L'assurance-vie (ou plus exactement l'assurance en cas de décès, à distinguer de l'assurance en cas de vie) me permet de verser un capital à des proches au jour de ma mort. Je peux choisir différents bénéficiaires, et leur confier une part du capital épargné que je détermine comme je le souhaite.

Cette assurance est notamment très intéressante si je souhaite transmettre un capital à des personnes qui n'ont pas de lien de parenté avec moi.

La donation-partage

La donation-partage me permet de confier mes différents biens de mon vivant (vis-à-vis de mes enfants, ou d'autres personnes si je n'ai pas d'enfants). C'est donc une sorte de testament "anticipé". J'évite ainsi les problèmes d'indivision, et je "libère" mon patrimoine pour mes héritiers avant mon décès.

En plus, j'optimise fiscalement ma succession. En donation-partage, je peux transmettre jusqu'à 100 000 euros tous les 15 ans à chacun de mes enfants. Le tout net d'impôt !

La transmission démembrée

Le "démembrement" se fait en séparant la propriété d'un bien de son usage. Par exemple, je peux donner la nue-propriété de mon logement à un de mes proches et continuer à y vivre. Je suis donc usufruitier de mon bien. A ma mort, le nu-propriétaire récupérera la totalité du logement.

Par la transmission démembrée, je réduis les droits de donation qui ne sont calculés que sur une fraction de la valeur du bien.