Si possible, bien sûr : je paie comptant

Première option, la plus simple : je règle directement la totalité du prix du véhicule. Avec cette méthode de paiement, le concessionnaire devrait même m'accorder une remise !

J'évite toutefois cette solution si elle implique de liquider toutes mes économies : il vaut mieux que je conserve en permanence une certaine épargne, afin d'être en mesure de supporter des dépenses imprévues ou une baisse soudaine de mes revenus.

A noter : les achats doivent obligatoirement se faire par chèque au-delà de 3 000 euros ; je devrai donc très certainement sortir mon chéquier pour acheter ma voiture... Pour plus de sécurité, il pourra m'être demandé plus spécifiquement de payer par chèque de banque.

Je fais un crédit

Autre solution, si je n'ai pas assez d'argent pour me permettre un achat comptant : souscrire un crédit à la consommation auprès de ma banque.

Deux possibilités s'offrent à moi :

  • Faire un crédit non affecté : j'emprunte une somme que j'utilise ensuite comme bon me semble, y compris pour acheter un véhicule,
  • Faire un crédit affecté : j'emprunte une somme qui doit être consacrée précisément à l'achat d'un bien défini. Les constructeurs automobiles eux-mêmes peuvent me proposer un crédit de ce type pour l'achat d'un de leurs engins.

Lequel des deux choisir ? Le crédit non affecté me permettra de faire différents achats en dehors de mon véhicule lui-même, comme la paiement de l'assurance auto pour la première année, l'acquisition de chaînes à neige... J'aurai également droit à des taux d'intérêt plus bas qu'avec un crédit affecté.

Quels avantages a donc le crédit affecté ? Il est plus sûr : les mensualités de remboursement ne commencent pas tant que je n'ai pas obtenu ma voiture. Dans le cas où l'achat est annulé ou si l'on ne me livre pas mon véhicule, le crédit est abandonné.

J'opte pour une location avec option achat

Autre option, si je n'ai pas encore d'importants revenus ni de voiture à revendre : la location avec option d'achat (LOA), ou location avec promesse de vente (LPV), ou encore "leasing". De quoi s'agit-il ? D'un contrat de location d'un véhicule : je peux l'utiliser librement durant une période précise (entre 2 et 5 ans environ), en échange du versement d'une somme régulière à l'entreprise de location.

A la fin du contrat, j'aurai le choix soit de le renouveler, soit d'acheter la voiture. Le prix du véhicule sera alors avantageux, puisqu'il tiendra compte des loyers payés durant la location et du dépôt de garantie qui m'a été demandé en début de contrat.

Cette option me permet, comme le crédit, de ne pas dépenser brutalement une grosse somme, mais de supporter chaque mois un "budget auto" régulier.