Je peux revendre mon bien immobilier acheté à crédit

On souscrit rarement un emprunt pour le plaisir ! Le but est bien de faire un investissement locatif ou d'acquérir sa résidence principale. Et dans le cas d'un crédit in fine, à le mettre ensuite en location. Car l'investissement locatif permet de réduire les intérêts d'emprunt de mes revenus fonciers et ainsi de diminuer mes impôts.

Dans un prêt in fine, l'emprunteur ne me rembourse le capital qu'à la fin et les mensualités ne comprennent que des intérêts. Dans le cadre d'un investissement locatif, le prêt in fine est plus judicieux qu'un prêt classique.

Une fois mon bien immobilier acquis par le biais d'un prêt in fine, je possède un actif intéressant. Le montant de la vente de mon bien doit me permettre de rembourser le capital emprunté, ou d'acheter un nouveau bien immobilier, si besoin en prenant un nouveau prêt.

Je rembourse mon prêt par anticipation, je paye des frais

Qu'il soit in fine ou amortissable classique, un crédit remboursé par anticipation entraîne des frais. La raison : une clôture de prêt avancée est synonyme de perte pour ma banque. Si j'arrête de payer mes intérêts et que je rends le capital avant la fin de mon contrat, ce sont autant de ressources en moins pour le prêteur.

Deux chiffres permettent de calculer mes pénalités si je rembourse mon prêt in fine par anticipation :

  • Les frais de remboursement en avance ne peuvent pas dépasser 3% du capital restant dû. Dans le cas d'un crédit in fine, le capital est remboursable à la fin de la durée du prêt et je paye seulement les intérêts chaque mois,
  • Les pénalités doivent être plafonnées à 6 mois d'intérêts. Lors d'un prêt in fine, les intérêts sont souvent plus élevés que pour un crédit classique. Pourquoi ? Le taux d'intérêt s'applique à un capital constant pendant toute la durée du crédit.
  • Autre cas : l'exonération des frais de remboursement par anticipation.

Un remboursement anticipé est-il vraiment utile ?

Le premier critère à étudier est la durée restante pour mon crédit. Si je suis encore engagé pour plus de dix ans, j'ai peut-être intérêt à rembourser par anticipation. S'il ne me reste que quelques mois, autant en finir et éviter les pénalités.

Le second sujet est le taux d'intérêt. Dans une période de taux bas – même si le taux d'un crédit in fine est souvent plus élevé qu'un prêt classique – les frais de remboursement par anticipation risquent d'être plus lourds que les intérêts !

Le troisième critère est le niveau de mes liquidités. Avec mon crédit in fine, j'ouvre un produit d'épargne, une garantie pour mon prêteur. Mais si je n'ai pas assez d'argent sur ce compte, je devrai apporter de l'argent frais pour rembourser mon prêt par anticipation.