Le système français de retraite fonctionne par répartition

Le mot-clé pour comprendre le fonctionnement du système de retraite est "répartition". Cela signifie que le financement des pensions de retraite est pris en charge par la société, "réparti" entre les actifs qui cotisent. Ce système s'oppose à celui de la "capitalisation" qui consiste à laisser chaque retraité constituer sa cagnotte tout au long de sa vie professionnelle.

Dans le système par répartition, ce sont donc les actifs – salariés ou indépendants – qui abondent les caisses de retraite. Chaque mois, sur nos fiches de paie, une ligne de cotisation est dédiée aux retraites. En France, toutefois, les Caisses Nationales d'Assurance Vieillesse sont en déficit chronique. Cela signifie que le nombre d'actifs cotisants est trop faible pour permettre aux personnes actuellement à la retraite de bénéficier d'une pension sans avoir recours au déficit.

L'âge effectif de la retraite dépend de deux variables

Avec ce système, deux paramètres permettent de comprendre à quel âge je pourrai partir à la retraite :

  • Le nombre de trimestres de cotisation. Une fois qu'une certaine quantité est atteinte, en fonction de la date de naissance de l'assuré, celui-ci pourra partir à la retraite avec sa pension complète,
  • L'âge légal de départ à la retraite. Fixé par la loi, il indique quand un actif peut partir à la retraite quel que soit le nombre de trimestres cotisés. Mais s'il lui manque des trimestres, le montant de la pension sera moins important à cause de la décote qui sera appliquée.

Pendant des années, l'âge légal de départ à la retraite a été de 60 ans. C'est toujours le cas pour les personnes nées avant le 1er juillet 1951 et les assurés bénéficiant du dispositif de carrière longue. Suite à la réforme des retraites de 2010, "L'âge d'ouverture du droit à une pension de retraite [...] est fixé à soixante-deux ans pour les assurés nés à compter du 1er janvier 1955." Cela signifie que, au plus tôt, un actif pourra partir à la retraite à cet âge-là. Il aura droit à la retraite de base mais subira une décote s'il lui manque des trimestres.

Pour éviter une réduction de sa pension, l'assuré doit calculer combien de trimestres de cotisations seront nécessaires. Cette durée d'assurance peut aboutir à un départ effectif à la retraite au-delà de l'âge légal. Dans tous les cas, la loi prévoit un âge maximum pour bénéficier d'une pension à taux plein et le fixe à 67 ans. Et peu importe le nombre de trimestres cotisés ! La durée pendant laquelle le salarié doit cotiser dépend de son année de naissance. Six paliers ont été déterminés :

  • Un assuré né en 1958 devra cotiser pendant 167 trimestres pour partir à la retraite à taux plein,
  • 168 trimestres sont nécessaires pour un salarié né en 1961,
  • 169 pour un assuré né en 1964,
  • Les actifs nés en 1967 devront cotiser 170 trimestres,
  • Ceux de 1970, 171 trimestres,
  • Et la durée d'assurance des actifs de 1973 sera de 172 trimestres.

Depuis le 1er janvier 2014, un trimestre est validé lorsque la personne active a travaillé plus de 150 heures payées au SMIC. C'est donc sur le le salaire qu'est calculée la durée d'assurance, indépendamment du nombre d'heures réellement effectuées.