Souvent prisée par les personnes âgées sans enfants, la vente en viager peut m'offrir des revenus supplémentaires qui viendront compléter ma retraite. Ce dispositif a d'ailleurs l'avantage de me garantir l'usufruit de mon logement jusqu'à mon décès (on parle alors de viager occupé). La première chose à faire est, comme dans le cadre d'une vente traditionnelle, l'estimation de la valeur vénale de mon bien immobilier, c'est à dire le montant estimé du prix qui pourrait être obtenu dans le cas d'une vente suivant les conditions normales de marché.

Comment se calcule la rente ?

Le calcul de la rente s'effectue une fois que j'ai fixé le prix de vente avec l'acquéreur, que l'on nomme ici le débirentier. Je dois alors appliquer un coefficient diviseur, qui dépend de mon âge, pour connaître le montant que je vais percevoir. Après la signature de l'acte de vente, il ne peut plus être modifié. Je peux également demander à l'acquéreur de me verser une somme au moment de la vente, appelée le bouquet, mais cela diminuera d'autant le montant de la rente mensuelle. Lors d'une vente en viager occupé, la taxe foncière, l'entretien et les réparations courantes restent à ma charge.

A titre d'exemple, et selon les coefficients en vigueur en 2016, une personne âgée de 80 ans qui vend un bien en viager d'une valeur de 200 000 euros, percevra une rente d'environ 2 400 euros par mois.

Différentes formes de viager

Outre le viager occupé, qui est le plus courant, j'ai également à ma disposition d'autres formes de viager.

  • Je peux ainsi mettre en vente mon bien immobilier en viager libre, mais j'en perds alors la jouissance dès la signature de l'acte. Cette forme est toutefois plus rentable puisqu'elle permet d'augmenter le prix de vente entre 25 % et 50 %, par rapport au viager occupé. Elle peut-être une bonne alternative si je souhaite vendre ma résidence secondaire.
  • Je peux également mettre mon capital en viager financier. Dans ce cas, le débirentier me verse une rente en échange d'un capital financier qu'il touchera lors de mon décès. Cette méthode représente un moyen sécurisé permettant de m'assurer un revenu complémentaire à mes pensions de retraites et elle se présente souvent comme une alternative à l'assurance vie.
  • Il existe enfin le viager hypothécaire qui s'apparente plus à une opération de crédit. Il me permet d'obtenir une forme de prêt, garanti par une hypothèque, avec lequel je pourrais emprunter quel que soit mon âge et mon état de santé.