Depuis janvier 2004, l'Allocation Parentale d'Education a été remplacée par un ensemble de prestations appelées Prestation d'Accueil du Jeune Enfant (Paje). Parmi ces prestations figurent la prime à la naissance, l'allocation de base, le complément de libre choix du mode de garde, mais aussi le complément de libre choix d'activité.

Qu'est-ce que c'est ?

Concrètement, le complément de libre choix d'activité me permet de réduire ou de cesser mon activité professionnelle pour m'occuper de mon enfant. Je peux en bénéficier dès le premier enfant.

Suis-je éligible ?

Plusieurs critères doivent être remplis pour que je puisse prétendre au complément de libre choix d'activité.

  • Je dois avoir au moins un enfant à charge âgé de moins de 3 ans ou un enfant adopté de moins de 20 ans.
  • Je dois avoir arrêté de travailler totalement ou partiellement.
  • Je dois avoir cumulé au moins huit trimestres de cotisations vieillesse. Ces huit trimestres doivent avoir été cumulés dans les 2 ans précédant la naissance ou l'adoption pour le premier enfant ; dans les quatre ans précédant la naissance ou l'adoption pour un deuxième enfant ; ou dans les cinq ans précédant la naissance ou l'adoption pour un troisième enfant.

Quel montant ?

Le montant que je touche dépend de ma situation professionnelle et aussi du fait que je bénéficie ou non de l'allocation de base de la Paje.

Je touche :

  • 392,09 € en cas d'activité totalement interrompue.
  • 253,47 € en cas de temps partiel inférieur ou égal à 50 %.
  • 146,21 € en cas de temps partiel compris entre 50 % et 80 %.

Dans le cas d'un premier enfant, je touche cette somme pendant les six mois suivant la naissance ou l'adoption. À partir de deux enfants, je le touche dès la naissance ou l'adoption et jusqu'au mois précédant le troisième anniversaire de l'enfant.

Si je reprends une activité à temps plein entre le 18e et le 29e mois de l'enfant, mon complément est maintenu pendant deux mois.

Et l'autre parent ?

Les deux parents peuvent toucher chacun un complément de libre choix d'activité. La règle veut toutefois que le total des prestations ne dépasse pas le taux plein.