La construction

Avant d'acheter une cheminée, il faut savoir quel modèle acheter. Si un foyer est déjà présent, il suffit d'acheter un insert coûtant entre 500 et 2 000 euros. Sinon, le prix d'une cheminée entière est compris entre 1 000 et 5 000 euros, selon le modèle (foyer ouvert, foyer fermé...). D'autres types de cheminées, fonctionnant à l'électricité ou au bio éthanol, sont moins onéreuses, entre 500 et 2 000 euros.

La pose doit être effectuée par un professionnel, afin de respecter les normes en vigueur. Les travaux durent en moyenne deux jours. Le coût de l'opération dépend des installations déjà présentes. S'il y a déjà un conduit de cheminée, cela reviendra à environ 500 euros. Dans le cas contraire, le creusement et la pose d'un tuyau d'évacuation des fumées réclame plus de main d'oeuvre, plus de temps et donc plus d'argent. Comptez entre 1 000 et 2 000 euros, matériaux compris.

Dans tous les cas, il est préférable de faire réaliser un devis par plusieurs spécialistes avant de prendre une décision. Le coût de la main d'oeuvre n'étant pas régulé, cette mise en concurrence vous permettra de choisir le meilleur rapport qualité/prix.

L'entretien

Une cheminée classique a besoin de bois pour fonctionner. Le prix de ce combustible varie entre 50 et 100 euros le stère (environ un mètre cube). Ce montant dépend de plusieurs facteurs, comme l'essence du bois (chêne, sapin, hêtre...), les frais de transport ou encore le taux d'humidité du bois : plus un bois est sec, mieux il brûle, mais il est plus cher. Entre sept et dix stères sont suffisants pour passer un hiver au chaud, soit entre 500 et 1 000 euros.

La loi oblige de faire ramoner sa cheminée au moins deux fois par an par un professionnel, sous peine de payer une amende de 450 euros. Selon le site de l'annuaire des ramoneurs français, la prestation coûte entre 40 et 70 euros. Elle est à la charge de l'occupant du logement, qu'il soit propriétaire ou locataire.

Le ramonage est une opération aux enjeux économiques et sécuritaires. Cela permet d'économiser du combustible en améliorant le tirage de la cheminée. La pollution émise, au dioxyde de carbone notamment, est également réduite. Enfin, les risques d'intoxication au monoxyde de carbone sont grandement diminués.

À vous les soirées d'hiver à contempler les flammes !