Lorsque j'achète une machine à laver, une chaîne Hi-fi, un four à micro-ondes ou n'importe quel autre type d'appareil électroménager, le commerçant va bien souvent me proposer de souscrire une extension de garantie. Il s'agit d'une option qui étend la durée de prise en charge de quelques années au cas où celui-ci serait défectueux ou tomberait en panne. Mais, si cette proposition peut sembler alléchante, elle cache parfois de mauvaises surprises.

Garantie légale et garantie commerciale

Tout d'abord, je dois savoir que pour l'achat d'un produit, protège les consommateurs avec la garantie légale de conformité et la garantie pour vices cachés. La première est prévue par l'article L-211-1 du Code de la consommation. Elle m'assure que l'appareil que j'ai acheté correspond bien à l'usage contenu dans sa description et qu'il est bien doté de toutes les fonctions annoncées via les campagnes publicitaires. La seconde, celle sur les vices cachés, est quant à elle précisée par l'article 1641 du Code civil. Si un défaut m'empêche de me servir du produit, le constructeur est dans l'obligation de m'en renvoyer un nouveau en état de marche ; et ce à ses frais. Pour faire jouer l'une ou l'autre de ces garanties, je dispose d'un délai de deux ans suite à l'achat.

Certains revendeurs offrent souvent, en plus des deux précédentes (qui sont de toute façon obligatoires), la garantie commerciale. Elle est facultative et relève d'une démarche commerciale. Le commerçant n'est donc aucunement obligé de me la proposer. D'une durée allant généralement de un à deux ans, elle me permet de retourner ou de faire réparer mon appareil si ce dernier est défectueux. L'extension de garantie concerne précisément cette garantie commerciale. Il s'agit d'une option payante qui consiste simplement à allonger la durée de prise en charge. Mais absolument pas à augmenter les clauses qui justifie que le revendeur répare ou change mon appareil lorsqu'il tombe en panne.

Une utilité généralement "discutable"

Avant de souscrire une extension de garantie, je dois me poser la question de savoir si elle va vraiment m'être utile. La réponse tient en fait dans le type d'appareil que j'achète et particulièrement dans son niveau de technologie. Par exemple, les produits multimédias, comme les ordinateurs ou les objets connectés, ont souvent tendance à être rendu obsolète assez rapidement, simplement par l'arrivée d'appareils plus performants sur le marché. Payer une extension de garantie de plus de 7 ans pour un ordinateur n'est donc pas très pertinent

En revanche, un lave-vaisselle restera toujours un lave-vaisselle et les évolutions technologiques (qui pourraient vous pousser à en acquérir un neuf) sont plus lentes. Dans ce cas, l'extension de garantie peut être intéressante. De même je dois penser à l'utilisation que j'en aurais. Si je m'en sers très souvent, il a plus de chance de tomber en panne. Je peux donc souscrire une extension pour mon lave-linge ou lave-vaisselle de ma résidence principale et m'en passer pour les appareils de ma résidence secondaire.

Pour un coût bien souvent très élevé

Mais l'élément principal qui doit motiver mon choix de prendre ou non une extension de garantie est le prix proposé par le vendeur. Ces contrats représentent en effet une manne financière non négligeable pour les commerçants et certains d'entre-eux n'hésitent pas à proposer des prix très élevés, allant parfois jusqu'à près de 40 % du prix de l'objet.

Lorsque je me suis fixé sur un produit en particulier, je commence par consulter les avis des autres clients pour avoir un aperçu de sa qualité et de sa durabilité dans le temps. Je peux aussi me renseigner sur les pièces qui ont le plus de chance de tomber en panne et du coût que ça représente de les faire changer. Je compare ensuite cela au prix de l'extension de garantie et j'aurais déjà une bonne idée de l'utilité de la prendre ou non.

Je peux aussi me fixer une limite financière, le fameux "ça ne vaut pas le coût", comme par exemple un maximum de 30 % du prix d'achat. Ainsi, pour un four à micro-onde coûtant 200 €, je ne prendrait l'extension de garantie que si elle est inférieur à 60 €.

Et gare aux clauses d'exclusions

Avant de signer quoi que ce soit, je relis bien le contrat et je suis particulièrement attentif aux conditions qui m'empêchent de faire jouer la garantie. Certains contrat contiennent en effet de nombreuses clauses d'exclusion qui me priveront dans la plupart des cas de mes droits à profiter de la garantie de mon appareil. Enfin, je m'assure que l'extension de garantie ne contient pas non plus une franchise. Comme dans le cas de l'assurance automobile, la franchise consiste à me faire une payer une somme plancher lorsque j'apporte mon appareil sous garantie en réparation.