Avec la tendance "vegan", on retrouve plusieurs substituts intéressants à la viande. Cependant, d'un point de vue nutritionnel, les insectes offrent une plus grande source de protéines, loin devant la viande et les végétaux.

Des bienfaits nutritifs indéniables

Tout d'abord, il faut savoir que les protéines sont essentielles à notre alimentation : elles favorisent le renouvellement des cellules. Les régimes sans viande peuvent causer des carences, notamment en fer, et porter préjudice au long terme. D'un autre côté, le boeuf, par exemple, peut entraîner des problèmes cardiaques et demande une énorme quantité d'eau et de nourriture à l'élevage. A l'opposé, les insectes offrent une riche source de protéines, de fer, de calcium, et de nombreux autres nutriments. Et surtout, ils ne coûtent pas grand chose à élever, donc ils se vendent moins cher en supermarché.

Surpasser ses préjugés

Ce que l'on entend le plus souvent, c'est que les insectes nous dégoûtent... Mais avec 1 900 espèces consommables sur notre planète, et une population en croissance, cette source de nutriments quasi-inépuisable est la bienvenue. Plusieurs chefs cuisiniers favorisent déjà les insectes dans leurs restaurants, et des start-up tentent d'entrer dans ce marché émergent avec plusieurs produits au goût "atténué". En tête de liste, la farine d'insectes offre tous les apports nutritionnels, sans le goût douteux ou l'apparence repoussante.

A quand dans nos assiettes ?

Ce manque de popularité auprès du grand public est la seule raison pour laquelle les pays développés ne consomment pas encore d'insectes quotidiennement. Entre l'Asie, l'Afrique, et l'Amérique du Sud, plus de 2 milliards d'êtres humains suivent déjà ce régime alimentaire. Les européens, en revanche, favorisent plus souvent les algues que les insectes, en tant que substitut. Pourtant, il suffit d'une prise de conscience collective, ou d'une égérie qui saura populariser ce nouveau "superfood" auprès de la population réticente.