La qualité des services

Le premier point à vérifier chez un broker de futures est la manière dont il transmet les ordres de ses clients sur les marchés. S'il utilise un intermédiaire, mes ordres d'achat ou de vente peuvent mettre trop de temps à être exécutés. Le risque est donc de manquer une opportunité de réaliser une plus-value parce que ma transaction a été effectuée quelques minutes trop tard.

Certains brokers fournissent à leurs clients, moyennant un forfait mensuel, un logiciel d'analyse technique complet. Cette option peut être bénéfique pour mes investissements : si je maîtrise bien cette méthode d'étude des cours, je peux effectuer moi-même mes analyses sur les produits que je souhaite et ainsi mieux cibler mes transactions. Je peux trouver des logiciels gratuits sur internet, mais ils sont souvent moins complets et ne fournissent pas toutes les informations nécessaires à une bonne analyse.

Les frais

Comme pour un courtier classique, je dois comparer les frais prélevés par les différents brokers de futures avant d'en choisir un. La plupart pratique des commissions comprises entre 4 et 10 euros par transaction. Le montant idéal n'existe pas, tout dépend du rapport frais/service. Il est par ailleurs impératif que le service client (par téléphone ou internet) soit facilement accessible et réactif.

Si j'ai besoin de récupérer de l'argent de mon compte, le broker doit pouvoir me le transférer le plus vite possible. Le seul moyen de connaître les délais est l'expérimentation : j'ouvre un compte chez un courtier spécialisé et j'y verse une petite somme. Une fois le transfert effectué, je les retire et mesure le temps pris par le virement. L'opération ne doit pas durer plus d'une semaine, au grand maximum.

La légalité du broker

Avant d'ouvrir un compte chez un broker, je dois m'assurer qu'il respecte bien les règles en vigueur. L'Autorité des marchés financiers publie régulièrement une liste noire des intermédiaires officiant en France sans avoir reçu d'agrément. L'instance tient par ailleurs, en partenariat avec la Banque de France, le registre des agents financiers, appelé Regafi. Les sociétés y figurant sont autorisées à tenir des comptes pour des clients français.

Si je souhaite ouvrir un compte chez un broker étranger, je dois de la même manière vérifier qu'il soit autorisé à exercer par les autorités de son pays. Je dois par ailleurs me renseigner sur la règlementation en vigueur : quelle garantie en cas de faillite du courtier, à quelle fréquence est-il contrôlé ?