La gestion personnelle

Je peux administrer moi-même mon portefeuille boursier. Du moment que je suis majeur, j'ai la possibilité d'ouvrir un compte-titres ou un PEA sans l'accord d'une tierce personne. Il me suffit d'être résident fiscal français et de posséder un compte chèques en France.

Je dois toutefois respecter certaines règles si je veux faire fructifier mon argent. Avant même d'investir, je dois définir une stratégie d'investissement que je suivrai à la lettre : combien vais-je placer ? Où vais-je investir ? Quelles sont les performances que j'attends ? Vais-je investir à court ou long terme ? Je peux tester cette stratégie en ouvrant un portefeuille fictif dans une agence de courtage en ligne. Cela me permettra d'affiner ma connaissance des marchés financiers.

Une fois que j'ai acheté mes premières valeurs, je dois m'informer régulièrement des variations de leur cours et de la santé financière de leur émetteur. Il n'est pas nécessaire de vérifier ces informations tous les jours si j'ai décidé d'investir sur le long terme.

La gestion partagée

Si je ne me sens pas encore prêt à me lancer seul en bourse, je peux utiliser l'un des systèmes de gestion partagée existants. Le club d'investissement, par exemple, rassemble entre 5 et 20 membres investissant leur argent dans un portefeuille commun. Ils se réunissent régulièrement (le plus souvent une fois par mois) pour décider des transactions à effectuer. Rien ne peut être fait sans le vote de tous les participants. J'approfondis ainsi ma connaissance des marchés financiers auprès d'autres investisseurs plus expérimentés.

Je peux également ouvrir un compte-titres ordinaire joint avec la personne de mon choix. Dans ce cas, chacun peut passer des ordres sans avoir à prévenir l'autre. Cela peut toutefois être un bon moyen de profiter chacun des connaissances de l'autre, dans un cadre moins contraignant que le club d'investissement.

La gestion déléguée

J'ai enfin la possibilité de déléguer complètement la gestion de mon portefeuille boursier. Cela s'appelle la gestion sous mandat. Comme son nom l'indique, je mandate un gestionnaire (banque, société de gestion, financier privé...) qui se chargera de créer un portefeuille.

Je signe alors un contrat fixant l'objectif de rendement, la nature des produits à acheter et à quelle fréquence je recevrai des informations sur mon portefeuille. Le gestionnaire a enfin une obligation de rendement. Il doit tout mettre en oeuvre pour respecter le rendement prévu, voire le dépasser.