Profiter du soleil allongé dans ma chaise longue? Si je vis dans une résidence qui possède un jardin privatif, ce rêve est une réalité quotidienne plus qu'appréciable. En revanche, un jardin signifie aussi quelques obligations non négociables.

Taille des arbres et haie mitoyenne

Pour être en règle avec mon voisinage, des distances de plantation doivent être respectées : si la hauteur de mon arbre ou arbuste est supérieure à 2 mètres, il doit au minimum être situé à 2 mètres de la limite de propriété. Si la hauteur est inférieure à 2 mètres, la distance doit être au minimum à 0,5 m de la limite de la propriété.

Si je possède une haie mitoyenne, mes voisins et moi avont l'obligation de l'entretenir régulièrement. Selon la difficulté de la tâche qui se mesure subjectivement par rapport à la longueur et à la hauteur de la haie, je peux décider avec mes voisins de la tailler avec nos propres moyens ou bien de faire appel à des professionnels. Auquel cas, je devrai sortir mon chéquier. Finalement, rien de tel qu'une discussion avec mes voisins pour trouver la meilleure solution.

La tonte de la pelouse

Si j'ai envie de rafraîchir ma pelouse, il y a, là encore, quelques règles à respecter: la semaine, je peux tondre entre 8 et 20 heures, mais le weekend, les horaires changent. Hors de question d'ennuyer mon voisinage pendant le déjeuner ! Ainsi, le samedi, je tonds entre 9 heures et midi, et entre 14 et 19 heures. Quant au dimanche, il doit se dérouler dans la plus stricte tranquillité; je tonds de 10 heures à midi.

Et si je suis locataire?

Ce n'est pas parce que je ne suis pas propriétaire du jardin, que je ne dois pas l'entretenir! Selon le décret du 26 août 1987 sur les réparations locatives, je dois entretenir la pelouse, les massifs, les bassins et les piscines dont j'ai la jouissance exclusive. Si des travaux plus importants, qui ne relèvent pas des "menues réparations", sont nécessaires, c'est au propriétaire de s'en charger.

Si mon propriétaire juge que son jardin est dégradé et pas assez entretenu, il peut casser mon bail en saisissant la justice et en demandant sa résiliation judiciaire. Lors de l'état des lieux, il peut également me demander des frais de remise en état.