La France détient désormais le record européen. Depuis leur lancement en 2010, les ventes de voitures 100 % électriques progressent et ont atteint en mars 2017 le seuil symbolique des 100 000, comme l'a annoncé l'Association nationale pour le développement de la mobilité électrique (Avere-France).

L'accélération des ventes s'est opérée surtout sur les trois premiers mois de l'année 2017, avec 7 000 immatriculations comptabilisées au 24 mars. L'Avere-France explique ce rebond par le lancement de la Zoe de Renault, qui avait enregistré 2 563 immatriculations pour le mois de janvier, soit une progression de 53,5 % par rapport à la même période en 2016.

Des aides gouvernementales incitatives

Toutefois, sur l'ensemble du marché automobile, ces ventes restent relativement faibles. Selon les chiffres récents du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), sur les 38 millions de véhicules qui circulent sur les routes de France, les voitures utilitaires électriques représentent seulement 0,25 % du parc automobile total.

Ainsi, pour inciter les Français à passer au 100 % électrique, qui est très favorisé par l'État, un "superbonus" pouvant atteindre 10 000 € peut être attribué aux conducteurs pour la mise au rebut d'un vieux diesel. De plus, pour convaincre les sceptiques, les constructeurs ont misé sur de nouveaux modèles à l'autonomie augmentée, telle que la Zoé de Renault qui promet désormais 300 km entre deux recharges.

350 000 véhicules en circulation d'ici 2020 ?

D'après une enquête Ipsos, publiée en septembre 2016 sur "Les Français et la mobilité électrique", 35 % des automobilistes se disaient "prêts à passer à l'électrique". L'affection des automobilistes français pour les véhicules "zéro émission" devrait progresser, puisque l'Avere-France prévoit 350 000 véhicules en circulation à l'horizon 2020.