Utiliser les nouveaux médias et les nouvelles technologies n'a jamais été très populaire auprès des galeries. Mais cela leur permet de dépoussiérer une image quasi-sectaire, tout en s'ouvrant à un public bien plus large.

Les premiers intéressés

Sur Internet, le marché de l'art est divisé en trois niveaux de gammes. La gamme intermédiaire, (qui contient des sites comme Amazon, Artsper, ou Paddle8) représente plus de 80 % du marché digital. Le haut et le bas de gamme se partagent donc les 20 % restants. La motivation d'une clientèle en ligne reste simple : rechercher facilement, avoir du choix, et surtout des prix accessibles. Malgré tout, la plupart des collectionneurs finissent par favoriser la vente physique. Cela permet d'obtenir un avis direct de l'expert et d'élargir son carnet d'adresses. Deux aspects non négligeables sur ce type de marché.

Réunir deux milieux opposés

L'idée d'évoluer vers un secteur de l'art digitalisé a mal été reçue, au début des années 2000. Cela s'explique simplement par une opposition d'idéaux, autrement dit : le choix, pour les galeries, de conserver une identité propre face aux avancées technologiques mondiales. Par exemple, pour atténuer cette rupture entre deux mondes, les musées et les revendeurs ont une présence plus prononcée sur les réseaux sociaux. Les galeries d'art développent également différents business models qui allient le digital à leur activité. Que ce soit par le biais d'un site d'enchères, (comme Christie's) ou d'une plate-forme d'achat indépendante (comme Amazon Art).

La révolution digitale

Pour ancrer cette révolution, il faut inclure trois nouveaux aspects à la vente en ligne. Tout d'abord : instaurer une relation de confiance avec l'expert, qui puisse rassurer le client. Il faut aussi optimiser l'expérience de vente, offrir la possibilité d'examiner le détail de chaque oeuvre (en utilisant la réalité augmentée, par exemple). Enfin, il est important d'améliorer les bases de données, pour offrir une estimation précise et correcte de la valeur de chaque oeuvre. Jusqu'à là, cela a constitué l'un des plus gros freins à l'achat.