Dans le monde, il existe plus de 3 000 MBA. Il peut donc être difficile de faire son choix et trouver celui qui me conviendra le mieux. Avant toute chose, il faut connaître la véritable signification du MBA et son utilité : ce diplôme permet de sortir de son champ de compétence et accélère l'évolution de sa carrière. Ainsi, un consultant peut suivre un MBA pour devenir, plus rapidement, associé de son entreprise, pour un médecin ce pourra être pour s'orienter davantage dans le management, par exemple.

Ce diplôme professionnalisant est généralement très apprécié des recruteurs, pour peu qu'il ait été choisi avec soin. A éviter ? Le MBA dit spécialisé, qui ne signifie pas grand-chose, ainsi que les MBA courts, d'une durée de six mois et accessibles après un bac+2.

Bien choisir son MBA

Pour être certain de la qualité du MBA choisi, plusieurs solutions s'offrent à moi : je peux opter pour des MBA de grandes écoles type HEC, ou l'INSEAD. Je peux aussi vérifier que le MBA appartienne à l'AMBA (Association of MBAs), qui est une accréditation réservée aux MBA jugés les plus sérieux et de qualité. Enfin, je peux consulter les classements existants (Forbes, Business Week) qui me donneront un aperçu de la gamme d'offres dont je dispose.

Mais avant toute chose, il faut savoir qu'un MBA traditionnel dure entre un et deux ans, et qu'il comprend aussi bien des cours magistraux d'économie et de finance, tout comme des enseignements plus professionnels. Si je veux passer un MBA, je dois être motivé, enthousiasmé par une carrière internationale, et je dois partager mes compétences. C'est dans la spécificité de chaque candidat et les richesses professionnelles de chacun que se déroule un MBA réussi. Le profil type du candidat ? La trentaine, une expérience professionnelle entre 2 et 10 ans.

Avoir un budget conséquent

Un MBA engendre un coût significatif. Généralement, c'est au postulant de payer l'intégralité de sa formation, les entreprises ayant été échaudées par les prix coûteux et le manque de bénéfice obtenu lorsqu'elles payaient des MBA à leurs employés.

Pour un MBA de qualité, je compte 50 000 euros minimum, augmenté des suppléments tels que les séjours sur les campus et les voyages nécessaires à ma formation.

Je dois aussi avoir à l'esprit que c'est une formation à temps complet qui ne permet pas de poursuivre une activité salariée. Des bourses peuvent être attribuées dans certains cas, et des prêts bancaires peuvent être négociés. Une formule à temps partiel est également disponible dans certains organismes. Cela peut éventuellement me permettre de continuer à travailler et percevoir un salaire pendant cette période.

Pour postuler à un MBA de finance, d'économie ou d'industrie pharmaceutique (les domaines les plus représentés), je dois disposer de lettres de recommandation, passer un test d'aptitude au management, comme le TAGE MAGE, ou encore de niveau en anglais (TOEFL).