Des demandeurs d'emplois proactifs

En analysant les 303 400 contrôles réalisés entre novembre 2015 et décembre 2017, les statisticiens de l'organisme public ont ainsi appris que 88 % des personnes en recherche d'un emploi sont actives dans leurs démarches et même 92% pour ceux recevant une indemnisation chômage.

Les contrôles ont été effectués soit aléatoirement (dans 42 % des cas), soit en analysant des populations spécifiques (49 % des sondés) ou encore sur demandes d'un centre Pôle emploi (9 %) par 215 agents.

Pour l'année 2016, il ressort que sur 139 000 demandeurs d'emplois contrôlés : 11 % avaient trouvé un travail et n'étaient plus soumis à l'obligation de recherche. Une personne sur cinq ne recherchait pas de façon suffisamment active un travail et avait déjà reçu un courrier d'avertissement. 14 % d'entre eux n'ayant pas réagi ont alors été radiés.

Cette radiation est effective pendant une quinzaine de jours, passée cette période, les personnes sanctionnées peuvent se réinscrire. Le nouveau barème de Pôle emploi prévoit d'allonger la radiation à un mois.

Le niveau d'étude influe directement

Selon les résultats de l'étude, les experts de Pôle emploi arrivent à la conclusion que les demandeurs d'emplois les moins qualifiés et diplômés sont aussi les moins actifs dans la recherche d'un nouvel emploi. Une étude de l'Insee publiée en juillet 2017 montrait déjà que les chômeurs diplômés étaient deux fois plus nombreux à trouver un travail dans le trimestre suivant leur diplôme que les demandeurs d'emploi sans diplôme.

Les seniors veulent se réorienter

Les seniors sont aussi moins sanctionnés que le reste de la population (9% de radiés). Toutefois, s'ils sont motivés pour retrouver un emploi, ils souhaitent souvent se réorienter. En effet, c'est chez les ex-chômeurs âgés de 50 à 64 ans, que l'on retrouve la plus grosse proportion de personnes désirant changer d'activité (30,7%) selon les résultats de l'étude de Pôle Emploi. Les seniors rencontrent aussi plus de difficultés à se réinsérer sur le marché du travail à cause notamment de leur prétention salariale plus élevée que celle des jeunes actifs.

Toutes classes d'âge confondues, plus des deux tiers des chômeurs retrouvent un emploi à durée déterminée (CDD, intérim). Toutefois, 63,1% d'entre eux réussissent à conserver un niveau de rémunération un peu près équivalent à leur dernier emploi. Les licenciés économiques rencontrent quant à eux plus de difficultés à retrouver un emploi avec un salaire comparable à leur dernier emploi.

Les chômeurs longue durée ont toujours du mal à retrouver une activité

Il semblerait aussi que plus la durée d'inactivité augmente, plus le découragement s'accentue. Ceux étant au chômage depuis au moins douze mois se retrouvent plus souvent radiés (12 %), que ceux l'étant depuis moins de six mois (6 %).

L'enquête de Pôle emploi rejoint les statistiques de l'Insee qui démontrent qu'une personne au chômage depuis trois ans a quatre fois moins de chances de retrouver un emploi dans le trimestre par rapport à une personne au chômage depuis moins de un an.