C'est un triste nouveau record. Lors de l'année 2016, les amendes de circulation et de stationnement ont généré un revenu de 1,817 milliard d'euros à l'État, précise la Cour des comptes dans une note publiée en mai dernier. Un chiffre en augmentation de 11,5 % par rapport à l'exercice précédent qui avait rapporté 1,6 milliard d'euros en 2015.

Dans le détail

Depuis 2014, les recettes liées aux contrôles automatiques – qui comprennent les radars vitesse, feux rouges et passages à niveaux – ne cessent d'augmenter. Celles liées aux PV (électroniques ou papiers) sont aussi en hausse. Pourtant, ce sont les radars automatiques qui pour la première fois rapportent le plus d'argent à l'État.

Radars

PV

Total

2014

740,1

822,7

1562,8

2015

789

818,7

1607,7

2016

920,3

897,6

1817,9

*recettes en millions d'euros

La mortalité routière en hausse elle aussi

Cette hausse des revenus générés par les infractions routières s'expliquent, selon la Cour des comptes, d'une part par une augmentation du nombre de radars sur les routes françaises (plus de 5 000) mais également par un accroissement des mauvais comportements au volant. Malgré les campagnes du gouvernement, les conducteurs Français se rendent coupables d'excès de vitesse, de téléphone au volant, de stationnement dangereux, etc.

Ces données sont malheureusement corroborées par une hausse du nombre de décès sur la route. "En 2016, les résultats de la mortalité routière ont été confirmés à la hausse pour la troisième année consécutive avec près de 3500 tués sur les routes françaises en métropole (+ 2,3 %) et une estimation de 8 victimes hospitalisées pour une tuée", précise la Cour des comptes. Dans son rapport cette dernière rappelle que malgré ces chiffres, ce sont près de 50 % des recettes qui ne sont pas affectées par l'État à la mission de diminution de la mortalité routière.