De plus en plus de sites et d'applications pour smartphone me proposent de me mettre en relation avec d'autres particuliers pour leur louer un bien, comme ma voiture ou mon appartement. Cependant, l'administration fiscale m'oblige à déclarer les gains issus de cette location. Ils entrent dans la catégorie "Bénéfices industriels et commerciaux".

Le régime micro-BIC

Si le chiffre d'affaires de mon activité de location entre particuliers (hors taxe) ne dépassent pas 32 900 euros, je relève du régime micro-BIC. Je bénéficie alors d'un abattement forfaitaire de 50 % sur mon chiffre d'affaires. Une fois cet abattement pris en compte, il s'ajoute à la somme de mes autres revenus déclarés, comme mon salaire par exemple. Le total est alors soumis au barème progressif de l'impôt sur le revenu.

Cependant, dans la partie concernant les " Bénéfices industriels et commerciaux ", je dois inscrire la somme correspondant à la totalité de mes recettes perçues pour la location de mon bien ainsi que mes frais professionnels. C'est en effet l'administration fiscale qui calcule l'abattement forfaitaire de 50 %. Par ailleurs, ce régime propose de faire le choix entre une déclaration mensuelle ou trimestrielle.

Le régime réel simplifié

Je dois appliquer le régime réel simplifié lorsque mon chiffre d'affaires (hors taxe) issu des revenus de la location d'un bien est compris entre 32 900 euros et 236 000 euros annuels. Avec ce régime, ce sont les bénéfices nets qui sont imposables. Cela correspond à la différence entre mes recettes et les amortissements de charges déductibles, comme les factures d'entretien et de réparation, les frais d'assurance, l'amortissement du matériel ou encore l'amortissement des travaux.

Le régime réel simplifié peut être avantageux lorsque je commence mon activité. En effet, les charges liées au démarrage peuvent être lourdes et ce régime présente l'avantage de pouvoir les déduire de mon bénéfice imposable.

Le régime réel normal

Si mon chiffre d'affaire dépasse 236 000 euros (toujours annuel et hors taxe), ma déclaration d'impôt passe sous le régime réel normal. Le calcul se fait de la même manière que pour celui du régime réel simplifié, en revanche j'aurais de nouvelles obligations en termes de comptabilité. Je devrais, par exemple, obligatoirement tenir un livre comptable qui détaille l'ensemble des pièces justificatives comme les factures ou le calcul de la TVA.