Ce décret n'est pas passé inaperçu. Publié au Journal officiel le 16 octobre, un dimanche, il autorise la délivrance de lunettes correctrices sans ordonnance par les opticiens sous certaines conditions. Si vous avez cassé votre paire et que vous ne pouvez pas aller voir un spécialiste dans un délai raisonnable, le commerçant a désormais le droit vous vendre une nouvelle monture en urgence, sans changer la correction.

85 jours d'attente

Les opticiens ont maintenant aussi la possibilité d'adapter la prescription d'un porteur de lentilles de contact au moment où il vient renouveler sa commande. Il doit pour cela faire passer un examen à son client et reporter les modifications sur l'ordonnance. Il a toutefois l'obligation de prévenir le médecin concerné, qui peut s'opposer à ce changement. Celui-ci peut par ailleurs mentionner son opposition au préalable sur la prescription.

Ces mesures viennent compléter un article de la loi sur la modernisation du système de santé du 26 janvier dernier, qui faisait passer la validité des ordonnances ophtalmologiques de 3 à 5 ans pour les personnes âgées de 16 à 42 ans. En deçà, elle est toujours valable un an, et trois ans au-delà.

Selon une étude du magazine Que Choisir, le délai moyen pour obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologiste en France était de 85 jours. Dans les départements peu pourvus, cela peut atteindre 9 mois.