Espagne et Portugal

Les habitants de la péninsule ibérique célèbrent le passage à la nouvelle année en mangeant des grains de raisin. À chacun des douze coups de minuit, ils en avalent un. S'ils réussissent à les ingérer en rythme, l'année qui commence leur apportera la prospérité, tant financière qu'amoureuse. En Espagne, cette tradition marque également le début du repas du Nouvel An.

France

Lorsque vient minuit, le 31 décembre, les Français se réunissent sous une branche de gui, plante symbole d'une vie longue et prospère, et s'embrassent tous en se souhaitant une bonne année. Le lendemain, la tradition veut que l'on offre une petite somme d'argent, les étrennes, à des personnes que l'on juge méritantes, comme les concierges, les éboueurs, les pompiers ou encore les facteurs.

Grèce

Après le repas du réveillon, les Grecs se retrouvent en famille pour jouer aux cartes, aux dés et à d'autres jeux de hasard. Ils jouent leur propre argent, comme au casino. Celui qui gagne la plus grosse somme est supposé avoir de la chance toute l'année. Le matin du 1er janvier, une seconde tradition veut que chaque Grec casse une grenade (le fruit) devant sa porte. Le geste est censé assurer la prospérité de sa famille.

Amérique du Sud

Les Sud-Américains ont une manière bien particulière de fêter la nouvelle année. Lors de la soirée du réveillon, ils doivent porter des sous-vêtements neufs d'une certaine couleur. Celle-ci représente ce que l'on souhaite pour l'année à venir : du rouge pour celui qui cherche l'amour, du jaune pour qui veut devenir riche et du blanc pour trouver la paix. La coutume ibérique des douze grains de raisin est aussi observée dans certains pays.

Pologne

En Pologne, il est mauvais de commencer l'année avec des problèmes financiers. Chacun doit avoir remboursé ses dettes le 31 décembre, du moins celles contractées auprès de proches. Puis, pour que l'année à venir soit faste, les Polonais gardent dans leur portefeuille quelques écailles de la carpe mangée lors du repas du réveillon.