Hello

Dossier: Bourse : actions, portefeuille et culture générale

OPCVM : combien ça coûte ?
OPCVM : combien ça coûte ?

OPCVM : combien ça coûte ?

Quelles sont les origines de la bourse ?

Quelles sont les origines de la bourse ?

Qu'est-ce que la bourse ?

Qu'est-ce que la bourse ?

Qui sont les acteurs de la bourse ?

Qui sont les acteurs de la bourse ?

Bourse de Paris : quels sont les différents marchés ?

Bourse de Paris : quels sont les différents marchés ?

Quels sont les indices boursiers français ?

Quels sont les indices boursiers français ?

Qu'est-ce qu'une opération sur titre ?

Qu'est-ce qu'une opération sur titre ?

Qu'est-ce qu'une page de cotations ?

Qu'est-ce qu'une page de cotations ?

Quels sont les principaux indicateurs économiques ?

Quels sont les principaux indicateurs économiques ?

Comment participer à une introduction en bourse ?

Comment participer à une introduction en bourse ?

OPCVM : combien ça coûte ?

 Investir dans un OPCVM, combien ça coûte ?

Investir dans un OPCVM, combien ça coûte ?

Investir dans un OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilières) peut me coûter plus cher qu'acheter directement des actions ou des obligations. Je dois prêter attention aux droits d'entrée et de sortie, aux autres frais imputables et enfin à la fiscalité.

Les droits d'entrée et de sortie

Lorsque je souhaite acheter des parts d'OPCVM, je dois m'acquitter de droits d'entrée. Ceux-ci se composent de deux éléments :

  • la valeur liquidative : il s'agit du prix unitaire de l'OPCVM, déterminé en divisant la valeur totale du portefeuille par le nombre de parts émises. Ce montant est calculé une fois par jour si la capitalisation du fonds est supérieure à 150 millions d'euros et au moins toutes les deux semaines au-dessous,
  • les frais : il s'agit d'une commission de souscription dont le montant dépend du nombre de parts que j'achète. Les gestionnaires d'OPCVM appliquent des taux oscillant entre 2 et 5%. Je peux toutefois négocier une baisse des frais si j'estime qu'ils sont trop élevés.

Le principe est le même si je souhaite vendre mes parts, avec une commission de sortie moindre qu'à l'entrée (environ 1%). Je ne peux toutefois les revendre qu'à la société de gestion émettrice. Toutes ces données sont précisées dans la notice d'information de chaque OPCVM.

Attention aux frais.
Attention aux frais.

Les autres frais

Les entreprises administrant des OPCVM sont susceptibles de me prélever d'autres frais une fois mes parts achetées. Voici les plus courants :

  • les frais de gestion : ils sont prélevés automatiquement une fois par an et représentent 1 à 2% de mon investissement. Ils permettent de couvrir les dépenses engagées pour le bon fonctionnement du fonds (salaires, maintenance...),
  • les commissions de mouvement : ces frais sont prélevés par certains gestionnaires de fonds pour compenser les droits de passage d'ordre à chaque transaction effectuée sur le portefeuille. Ils représentent environ 0,5% de l'achat ou de la vente, et sont répartis équitablement entre tous les détenteurs de parts,
  • les commissions de surperformance : il s'agit de frais prélevés lorsque l'OPCVM dépasse le rendement annoncé. Ils représentent entre 10 et 25% du montant de la surperformance. Toutes les sociétés de gestion n'appliquent pas ces frais.

La fiscalité

Les revenus des OPCVM (dividendes et coupons) sont soumis aux prélèvements sociaux, à un taux de 15,5%, et à l'impôt sur le revenu, moyennant un abattement de 40%. Les plus-values générées lors de la vente de mes parts sont imposées comme mes gains tirés de la vente d'une action ou d'une obligation : tout dépend du compte dans lequel la transaction a été effectuée (compte-titres ordinaire ou PEA).

Je peux par ailleurs bénéficier d'une réduction d'impôt si j'investis dans des OPCVM particuliers : les fonds communs de placement dans l'innovation (FCPI). L'abattement est égal à 18% de mon investissement, dans la limite de 12 000 euros par an si je suis célibataire et le double si je suis marié ou pacsé. L'avantage est le même lorsque j'achète des parts de fonds d'investissement de proximité (FIP), à condition de les conserver pendant 5 ans.

Les news Lifestyle Lifestyle

Famille

Les avantages de faire la sieste au bureau

Lire l'article
Lifestyle

Galileo, tout savoir sur le GPS européen

Lire l'article
Lifestyle

4 choses à savoir sur les jardins familiaux

Lire l'article
Lifestyle

Brexit, ces Britanniques qui veulent se faire naturaliser

Lire l'article