Le gouvernement prend le destin des jeunes en main face aux difficultés de Parcoursup. Une circulaire ministérielle datée du 12 juillet 2018 a déclaré qu'une aide à la mobilité sera accordée par le CROUS pour certains étudiants n'ayant pas encore trouvé d'établissement de l'enseignement supérieur. L'objectif est de leur donner accès aux universités situées à l'extérieur de leur ville de résidence.

Il est toutefois nécessaire de remplir quelques critères pour en bénéficier. Hormis le fait d'accepter une mobilité géographique, les étudiants doivent avoir saisi la commission académique d'accès à l'enseignement supérieur, et n'avoir reçu aucun voeu d'admission.

Dans un entretien accordé à Europe 1, la ministre de l'enseignement supérieur a estimé que cette action bénéficierait à environ 10 000 jeunes. Ils pourront recevoir une participation financière située entre 200 et 1 000 euros. Le montant sera calculé par une commission après examen du dossier de chacun.

Il sera cumulable avec une bourse sur critères sociaux, une aide à la mobilité internationale, une aide au mérite ainsi qu'une allocation mutuelle.

Près de 70 000 jeunes n'ont reçu aucune proposition au 31 juillet

La participation financière versée par le CROUS est versée en une fois au début de l'année universitaire. Selon les informations du journal Le Monde, 69 680 étudiants en réorientation ou lycéens n'avaient encore reçu aucune proposition d'admission au 31 juillet. Le plan d'aide à la mobilité ne concerne donc qu'une petite partie des étudiants.

À titre de comparaison, ils étaient 65 000 à ne pas avoir reçu de voeux d'admission l'an dernier à la même période sur APB. En plus de ce plan d'aide à la mobilité, les frais universitaires seront eux aussi réduits à la rentrée, passant de 184 à 170 € pour une année de licence.