Objectif retraite ! En ouvrant un Plan d'Epargne Retraite Populaire (PERP), je choisis un produit d'épargne à long terme qui me permettra de toucher un complément à ma pension de retraite. Je pourrai choisir la forme que je veux lui donner, soit une rente viagère, soit un versement de capital.

PERP : les questions à se poser en amont

Une personne avertie en vaut deux ! Si je souhaite ouvrir un PERP, je dois bien avoir en tête ces deux informations :

  • Le PERP n'est pas un support d'épargne anodin. Une fois ouvert, je ne peux pas le clôturer avant la retraite, sauf dans certains cas précis strictement encadrés par la loi (invalidité, fin des droits au chômage...). Autrement dit, l'épargne que j'investis avec un PERP reste bloquée durant plusieurs années, durant lesquelles je ne peux pas piocher dedans. Il est donc judicieux de laisser une partie de mon épargne disponible sur d'autres placements financiers : assurance-vie, PEA,Livret A... De plus, si je décède avant l'échéance, l'épargne investie est perdue. Tant pis pour mes héritiers !
  • Si je suis fortement imposé, le PERP présente un avantage fiscal intéressant. A partir du moment où je paye des impôts à hauteur de 30% de mes revenus, le placement devient rentable.

PERP : les conditions à remplir à l'ouverture

Je peux ouvrir un PERP si j'ai entre 18 et 75 ans, avec ou sans emploi. Il me suffit de me rendre à ma banque, chez mon assureur ou ma mutuelle, ou dans un organisme de prévoyance.

Je peux décider :

  • D'acquérir une "rente viagère différée",
  • D'épargner sous forme de points de rente, que je pourrai ensuite convertir en rente,
  • De constituer un "capital converti en rente viagère". Je verse régulièrement de l'argent sur mon PERP puis je touche ma rente dès le début de ma retraite.

La fiscalité des cotisations

Grâce à mes versements sur un PERP, je peux faire baisser mon revenu global à déclarer aux impôts. Et donc ma note finale ! Je dois quand même respecter un plafond de sommes déductibles. A choisir entre deux possibilités :

  • Si je gagne plus que le Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS), je déduis 10% de mes revenus professionnels de l'année précédente, jusqu'à 29 098 euros de déduction,
  • Si j'ai des revenus plus faibles que le PASS, je déduis directement 3 703 euros.