Un important effet de levier

À l'instar du turbo, le warrant dispose d'un effet de levier amplifiant les variations de cours de son sous-jacent. Son niveau n'est pas fixe : dans le cas d'un warrant call, plus la valeur de l'actif auquel il est adossé augmente, plus il est important. Le phénomène inverse se produit dans le cas d'un warrant put.

L'effet de levier se calcule ainsi : cours du sous-jacent/(prime du warrant x parité). Par exemple, si une action cote 50 euros et que la prime d'un warrant est de 2 euros pour une parité de 6, le niveau de levier appliqué est alors de 50/(2x6) = 50/12 = 4,2.

La négociation des warrants

Je peux acheter ou vendre des warrants aussi facilement que des actions : ils sont cotés en continu à la bourse de Paris, tous les jours de 9h05 à 17h30. Il me suffit pour cela de passer un ordre de bourse auprès de mon courtier. Celui-ci peut me joindre par mail ou par téléphone pour confirmer la transaction, étant donné la nature spéculative de ce produit. Leur liquidité est par ailleurs assurée par l'émetteur : si mon ordre de vente ne trouve aucune contrepartie, il est tenu de me les racheter à un prix défini à l'avance.

Les warrants représentent un investissement faible par rapport au gain potentiel. Leur prix d'émission est le plus souvent situé aux alentours de 5 euros. Cela me permet de diversifier mon portefeuille à moindre frais. De plus, même en cas de forte chute des cours, je ne peux pas perdre plus que ce que j'ai investi, comme avec les turbos.

Enfin, les caractéristiques des warrants (prime, parité...) n'étant pas standardisées, j'ai le plus souvent le choix entre plusieurs produits pour un même sous-jacent.

Protéger mon portefeuille

Avant de devenir des produits dérivés dont le but principal est la spéculation, les warrants put sont un bon moyen de contrer la chute trop importante des actions et des obligations en évoluant à l'inverse du cours de leur sous-jacent. En achetant des produits adossés aux valeurs que je possède, je me prémunis donc d'une éventuelle baisse des cours. Je peux même dégager une plus-value grâce à l'effet de levier.

Cette méthode de protection de mon portefeuille n'est toutefois pas viable à long terme. Les warrants ont une durée de vie limitée, de quelques mois à quelques années. Leur valeur totale décroît par ailleurs avec le temps, en raison de la bien nommée " valeur temps ". Cette donnée, intégrée au calcul de la prime du produit, quantifie la probabilité de réaliser une plus-value avant la date d'échéance. Plus celle-ci est proche, plus la valeur temps est faible.