FCP contre SICAV : même base mais des petites différences

Prenons la catégorie de fonds d'investissement OPCVM, pour Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières. Descendons d'un cran : cette dénomination de tête se divise en deux types de portefeuilles : les SICAV et les FCP, ou Fonds Commun de Placement.

Globalement, le fonctionnement de ces deux véhicules d'investissement est le même : j'y dépose de l'argent que je souhaite faire fructifier sur les marchés financiers. Je choisis le Fonds ou la SICAV en fonction des valeurs mobilières sur lesquelles il s'est spécialisé. Au sein de l'OPCVM, je suis aux côtés d'autres investisseurs et je laisse la gestion quotidienne à la société émettrice spécialisée. En échange de mon épargne, qui augmente les capacités financières de l'organisme, je récupère des actions - dans le cas d'une SICAV - et des parts - dans le cas du FCP.

Et c'est bien là la principale différence. Juridique plus que financière. La SICAV est une société anonyme, avec un capital réparti entre des actionnaires qui mettent leur argent dans ce portefeuille. Ces investisseurs ont ensuite un droit de regard sur les décisions de la Société et peuvent en diriger le conseil d'administration. Du côté des FCP, les épargnants qui veulent utiliser leur argent disponible sur les marchés financiers récupèrent des "parts". Résultat : l'"actionnaire" d'une SICAV devient un "copropriétaire" de FCP !

Le moyen le plus simple pour m'impliquer dans un Fonds Commun de Placement est d'aller rendre visite à mon banquier. Avec les gestionnaires spécialisés, il pourra me diriger vers tel ou tel fonds en fonction de mon apport possible, de mes désirs d'investissement ou encore de mes espérances de rentabilité. Avant de franchir le pas et d'acheter mes premières parts de FCP, je dois estimer au plus près leur prix, pour savoir quel investissement je peux me permettre. Pour cela, je dois prendre en compte deux paramètres :

  • La valeur dite "liquidative" des parts. Je peux la calculer à partir de la valeur des actifs sur lesquels le FCP a investi. En la divisant par le nombre de parts disponibles, j'obtiendrai le prix unitaire de chaque part,
  • Les frais de souscription. Les gestionnaires d'OPCVM peuvent facturer l'entrée dans leurs fonds d'investissement, la "garde" de mon argent ou encore le rachat de mes parts lorsque je me retire du marché.

FCPI : quand un Fonds Commun de Placement permet de défiscaliser

Dans la vie d'une OPCVM classique - FCP comme SICAV - les investisseurs peuvent entrer et sortir, apporter des fonds puis les reprendre. Au moment de la revente de leurs parts, ils peuvent même toucher des plus-values de cession de valeurs mobilières. Au moment de la déclaration d'impôt, ses sommes sont soumises à l'impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

Si je décide de mettre mon argent dans un FCPI, je pourrai bénéficier d'une réduction d'impôt. A condition que j'accepte de bloquer mon investissement pendant cinq ans ! Les FCPI, pour Fonds Commun de Placement dans l'Innovation, se distinguent des autres FCP par les actifs dans lesquels ils investissent : ce sont principalement des sociétés considérées comme "innovantes".

En échange de leur prise de participation dans des fonds investissant dans ces sociétés, les épargnants bénéficient d'une réduction d'impôt au taux unique de 18%. Cette réduction est plafonnée à :

  • 2 160 euros pour une personne seule,
  • Ou 4 320 euros pour un couple.

Le montant de l'investissement pour profiter au maximum de cette réduction est donc de :

  • 12 000 euros pour une personne seule,
  • 24 000 euros pour un couple.