Pour sa rentabilité

Les valeurs financières sont le placement le plus rentable à long terme, selon l'Insee. Entre 1913 et 2000, la valeur des actions dans le monde a été multipliée par 31, selon l'institut. Celle de l'or, quant à elle, est restée la même. Le CAC 40, depuis sa création en 1988, a crû de 10% par an en moyenne. Les actions ont par ailleurs toujours une tendance à la hausse.

Même en période de crise financière, les actionnaires sont bien lotis. Les entreprises peuvent tout de même leur verser des dividendes, en puisant dans leurs réserves, afin de les inciter à investir encore plus. Les périodes de baisse des cours constituent de plus de bons moments pour acheter des actions. La plus-value sera d'autant plus importante lorsque je vendrai à la prochaine hausse.

Pour sa flexibilité

Je peux à tout moment vendre mes valeurs et récupérer immédiatement le fruit de la vente, même dans le cadre d'un PEA. Il faut toutefois un acheteur prêt à reprendre mes valeurs au prix annoncé. Si j'investis dans des actions liquides (faisant l'objet de nombreuses transactions), cela ne posera aucun problème.

Pour les économies d'impôts

Je bénéficie d'avantages fiscaux lorsque j'investis dans des produits sur le moyen ou le long terme. Détenir des actifs au moins deux ans sur mon compte-titres ordinaire réduira l'imposition de mes plus-values de 50% lorsque je vendrai. Au-delà de huit ans, l'abattement passe à 65%.

Le PEA récompense encore mieux l'investissement à long terme, sous réserve que je ne touche pas à mon argent pendant quelques années. L'imposition de mes gains s'effectue selon les taux suivants :

  • 22,5% si je clôture mon PEA avant son deuxième anniversaire,
  • 19% avant le cinquième,
  • 0% au-delà.

Pour changer de métier

Je peux décider de faire de la bourse mon métier. Pour cela, il me suffit de créer une Entreprise individuelle (EI ou EIRL). Cette entité juridique me permet de passer des ordres d'achat et de vente sans l'aide d'une agence de courtage. Je ne paye donc pas les frais y afférant. J'ai par ailleurs accès à des marchés inaccessibles à un particulier, comme celui des matières premières.

Je n'ai besoin de rien de plus si je veux devenir trader en compte propre (j'administre uniquement mon épargne), si ce n'est un important capital de départ. Si je souhaite m'occuper de l'argent d'autres personnes, je dois obligatoirement obtenir une autorisation auprès de l'Autorité des marchés financiers.