Le Portugal attire de plus en plus de Français, qui partent prendre leur retraite. Comme l'a indiqué BFM en octobre 2017, près de 50 000 d'entre eux se sont exilés dans le pays, dont 80 % sont des retraités. Et pour cause, le Portugal, qui compte près de 10 millions d'habitants, situé au sud-ouest de l'Europe, est devenu un véritable eldorado pour les seniors. Avantages fiscaux, proximité géographique avec la France, qualité de vie, pas d'impôt sur la fortune... Les avantages sont nombreux pour les retraités, qui, en plus de ces privilèges, viennent également chercher un climat doux et une population accueillante. Mais vivre sur le sol portugais ne s'improvise pas. Passer sa retraite dans le pays présente, certes, plusieurs avantages mais il faudra également connaître les inconvénients. Je devrais aussi prendre connaissances des démarches à accomplir pour pouvoir m'y installer. Voici tout ce qu'il faut savoir si je souhaite passer ma retraite au Portugal.

Les retraités français attirés par la fiscalité avantageuse

Cet engouement des retraités français pour le Portugal, le pays le doit principalement au statut de résident non habituel (RNH), créé en 2009 et qui connaît un véritable succès. Selon le quotidien portugais, en 2016, 10 000 étrangers ont pu bénéficier de ce statut au Portugal, ce qui représente un bond de 44 % par rapport à 2015. Si ce statut est tant convoité, c'est qu'il permet d'être exempté de tout impôt sur le revenu pour les retraités qui s'installent pour 10 ans. Même chose pour les revenus locatifs ou financiers. Pour pouvoir jouir de cet avantage, il me faudra remplir plusieurs conditions :

  • Je dois résider au minimum 183 jours par an sur le sol portugais.
  • Je dois ne jamais avoir habité dans le pays au cours des cinq dernières années.
  • Je dois percevoir une pension de retraite du secteur privé.

En effet, notons que cet avantage fiscal concerne uniquement les salariés et indépendants. Les fonctionnaires français ne peuvent pas en profiter. D'autre part, le pays possède d'autres atouts fiscaux qui expliqueraient l'attrait des retraités français pour le Portugal. En effet, il ne n'existe pas d'impôts sur la fortune (ISF), ni de droits de succession en ligne directe pour les descendants ou le conjoint survivant.

Quels sont les autres avantages ?

En plus d'une fiscalité avantageuse, le Portugal attire les retraités pour d'autres raisons telles que le coût de la vie. Ce dernier serait environ inférieur de 20 à 30 % à celui de la France, même si la TVA reste élevée (23%). Mais je dois prendre en compte que la grande majorité des dépenses courantes (nourriture, gaz, électricité, transport..) sont moins chères au Portugal qu'en France. Seuls les tarifs des biens industriels, comme les voitures par exemple, sont proches de prix français. L'immobilier également semble être un élément que les retraités français prennent en compte. En effet, les prix de la pierre au Portugal sont assez accessibles, après avoir fortement été impactés par la crise de 2009. Il faudra compter environ 4 000 € /m2 pour un bien neuf à Lisbonne et environ 2 000 € /m2 pour un bien ancien.

Des inconvénients ?

Bien évidemment, il se doit d'y avoir une ombre au tableau. Cela concerne notamment le système de santé, qui est clairement moins avantageux que celui de l'Hexagone. J'en bénéficierai en tant que citoyen de l'Union européenne. Le système reste moins onéreux, mais il est peu performant. D'ailleurs, le Health consumer index 2016 avait classé le système de santé du Portugal en 14e position au niveau européen.

Selon le site de L'Obs, il serait "lent et engorgé dans le système public et très cher dans le privé". Je dois savoir que l'inscription à la Sécu portugaise ne m'ouvrira aucun droit aux remboursements dans le privé. Il faut toutefois noter que le système de santé s'est quelque peu amélioré dans la région de Lisbonne. Il est fortement recommandé d'avoir une mutuelle afin d'avoir accès à des centres de soins privés.

Quelles démarches pour passer sa retraite au Portugal ?

Pour pouvoir passer ma retraite au Portugal et profiter de ses avantages, je devrai me plier à quelques formalités administratives pour obtenir le statut de résident fiscal. Je n'aurai pas à obtenir un visa de résidence, car il est possible de passer 180 jours par an au Portugal. Pour cela, je dois demander une autorisation de 90 jours à compter de la date d'expiration de la première période de 90 jours. Au-delà des 180 jours, les résidents non portugais doivent ainsi faire une demande de permis de séjour. Lorsque j'arriverai au Portugal, il faudra obtenir :

  • Mon numéro d'identification fiscale,
  • mon attestation de résidence (à la mairie),
  • mais aussi enregistrer mon permis de conduire,
  • et immatriculer mon véhicule (dans un délai de six mois)...

Je devrai également informer le fisc et mes caisses de retraite de mon installation pour pouvoir obtenir le statut de résident non habituel. La procédure est longue, elle dure environ entre six et huit mois. Il est parfois conseillé de confier ces démarches à un avocat local.