Nous avons besoin de presque 2 Terres

Cette notion de jour de dépassement est apparue en 2006. Créé par l'ONG Global Footprint Network, cet "Earth Overshoot Day " est un indicateur largement repris pour sensibiliser les humains à la cause environnementale.

Ainsi, ils ont calculé que depuis le 1er août 2018, l'activité humaine puise dans les stocks amassés de bois, d'eau, de nourriture, etc., puisque la planète n'est pas capable de produire suffisamment pour satisfaire nos besoins. Selon les estimations de l'ONG, il faudrait aujourd'hui 1,7 Terre pour arriver à soutenir notre mode de vie, et ce chiffre va croissant.

En regardant dans les archives de l'organisation, on constate que la dernière fois que nous avons épuisé les ressources annuelles au 31 décembre était en 1969 ! Ce qui signifie que déjà à l'époque notre planète avait atteint ses limites théoriques.

Une méthode de calcul rigoureuse et évolutive

Chaque année, les paramètres pris en compte changent pour inclure toutes les évolutions liées au fonctionnement de nos sociétés. Ensuite, Global Footprint Network va utiliser la formule suivante : J = B ⁄ E x 365.

  • J est le jour du dépassement ;
  • B représente la biocapacité de la Terre. C'est le rapport entre la production de la Terre et sa capacité à absorber les déchets issus de leur consommation ;
  • E est la valeur de l'empreinte écologique de l'Humanité. Elle correspond à notre utilisation des ressources, leur consommation, nos capacités de production.

Selon les pays, le jour de dépassement n'est pas le même. En la matière, le plus mauvais élève est le Qatar qui a atteint son jour de dépassement dès le 9 février en 2018. Petit pays entouré de désert et consommant énormément de ressources, sans en produire, le Qatar est logiquement mal classé. Pour les États-Unis, cette date tombe le 15 mars, c'est le 5 mai pour la France.

Et en 2018, le pays qui détient le meilleur rapport production/consommation de ressources est le Vietnam en atteignant son jour de dépassement le 21 décembre.