Parmi les revenus qui sont à mentionner dans ma déclaration d'imposition, il y en a un certain nombre à ne pas oublier.

Salaires, pensions, produits financiers

Je dois ainsi déclarer mon salaire (le revenu imposable mentionné sur ma fiche de paie) : les rémunérations que je perçois de la part d'un employeur avec lequel je suis lié par un contrat ou avec lequel je me trouve dans un état de subordination sont imposables dans la catégorie des traitements et salaires.

Je dois également déclarer les pensions que je reçois, et les rentes dont je bénéficie. Je dois aussi déclarer toutes les sommes dont j'ai disposé dans l'année, même s'il s'agit d'arriérés se rapportant à une année antérieure ou d'avances à valoir sur une année future.

Je ne dois pas omettre de déclarer les revenus qui sont liés à des produits financiers ou des placements, par exemple les intérêts perçus au titre d'un livret non réglementé. Les plus-values et les gains, lors de la revente d'une résidence secondaire, ou lors de la revente d'actions boursières, font partie de ces placements à déclarer.

Dans la catégorie bénéfices, je dois déclarer : les bénéfices industriels et commerciaux, les bénéfices non commerciaux des professions libérales et assimilées, les bénéfices agricoles ainsi que les revenus fonciers. Par exemple, un loyer que je percevrais en louant un logement.

Indemnités de stage et bourses ne sont pas imposables

Certains gains ne doivent, en revanche, pas être déclaré, et c'est plutôt bon à savoir : par exemple, si je suis étudiant boursier, je ne paie pas d'impôts sur cette bourse. Idem dans le cas des indemnités de stage : elles ne sont pas à mentionner sur ma déclaration de revenus, alors qu'a contrario, si j'exerce une activité salariée en parallèle de mes études, je me dois de la déclarer.

Pour les allocations, elles sont taxées au barème progressif de l'impôt sur le revenu. En revanche, l'APL (l'aide personnalisée au logement, reçue en majorité par des étudiants), ou encore la prime de Noël, qui est versée aux bénéficiaires du RSA, ne doivent pas être déclarées. Quant aux indemnités journalières, qui sont versée dans le cas d'une maladie grave, elles ne sont pas imposables.