Impôts directs et indirects : deux modes de prélèvement, la même destination

Point vocabulaire : lorsque l'impôt me touche directement, que je vois une baisse de mon salaire ou une augmentation de mes prix suite à une hausse de taxes, je suis devenu ce qu'on appelle un "contribuable". Lorsque je paye l'impôt, lorsque je signe le chèque à l'ordre du Trésor Public, je suis "redevable".

Avec les impôts directs, contribuable et redevable ne font qu'un. L'impôt sur le revenu s'applique sur le salaire et les revenus fonciers que j'ai touchés en une année. Même chose pour la taxe d'habitation, qui dépend de la valeur de mon logement, et que je paye tous les ans.

Dans les impôts directs, je peux aussi payer l'Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) ou l'impôt sur les sociétés.

L'exemple type de l'impôt indirect est la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA). Le redevable est l'entreprise ; le contribuable est le consommateur. Le marchand répercute la taxe sur le prix de mes courses. Et fait monter mon ticket de caisse.

Autres exemples d'impôts indirects :

  • Les droits de douane qui augmentent les coûts de produits importés,
  • La taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) qui touche les produits pétroliers.

Impôt direct : l'IR comment ça marche ?

IR pour Impôt sur le Revenu. C'est la contribution que tous les salariés connaissent. Caractéristique principale : il est progressif. Plus mes revenus sont importants (salaires, revenus fonciers, plus-values, loyers...), plus je paye. L'ensemble des contribuables est donc découpé en tranches : je suis de telle ou telle tranche en fonction de mes revenus. Cinq tranches sont en place : de 0% à 45% du revenu fiscal.

Pour 2015, l'impôt sur le revenu devrait rapporter 69,5 milliards d'euros au budget de l'Etat, moins de 24% des recettes globales.

Impôt indirect : tout savoir sur la TVA

La Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) est le plus connu des impôts indirects. Calculée sur le prix de ventes de biens et de services, elle est d'abord payée par les entreprises qui la répercutent sur tous les consommateurs sans exception.

Les sociétés peuvent "récupérer" la TVA lorsqu'ils déclarent leurs impôts. Objectif : leur éviter une double imposition. Ils payent la TVA lors de leurs achats de matière première en tant que consommateur et en tant que producteur. Ils ne peuvent la répercuter qu'une fois sur le consommateur. La somme payée lors de l'achat est donc déduite de celle versée directement à l'État.

Dans le budget pour 2015, le montant total de la TVA est attendu à 142,6 milliards d'euros, soit près de 49% des recettes publiques.