Simplicité et solidarité sont les deux avantages du compte joint...

En général, compte joint rime avec simplicité. En effet, lorsqu'un ménage ouvre ce type de dispositif, c'est pour mettre en place une caisse commune destinée à subvenir aux besoins de la famille. Il est très facile d'instaurer des virements depuis un compte courant - sur lequel arrive mon salaire par exemple - vers le compte joint de la maison. En ayant un seul compte pour tous les besoins communs, la gestion du budget familial s'en trouve nettement facilitée.

Ouvrir un compte joint est également d'une simplicité absolue. Il suffit d'en faire la demande à sa banque, de signer quelques documents - notamment la convention de compte qui en fixe les règles - et d'attendre les moyens de paiement correspondants. Tous les titulaires du compte joint doivent signer ces papiers.

C'est en effet sa principale caractéristique et sans doute son principal avantage : un compte joint est propriété d'au moins deux titulaires. La situation la plus classique est celle d'un couple qui décide de mettre ses ressources en commun pour gérer le budget du foyer. Mais cette règle a le mérite d'être relativement flexible : l'intitulé du compte joint comporte certes le nom de tous les titulaires, mais ces derniers ne sont séparés que par un "ou".

Cela n'a l'air de rien mais pourtant ce détail a son importance. Car comme les cotitulaires sont solidaires, leurs actions sur le compte (paiements, retraits, virements) le sont implicitement d'un commun accord.

... mais gare aux tensions !

Avantage principal, cette situation peut toutefois mal tourner et la détention d'un compte joint peut vite tourner au cauchemar. Ainsi, la solidarité, même flexible, suppose qu'un cotitulaire sera amené à assumer d'éventuelles dettes ou découverts de son cogérant. Si, dans un couple, l'un des conjoints est bien plus dépensier que l'autre ou se retrouve interdit bancaire, c'est bien l'ensemble des détenteurs du compte joint qui sera mis en cause.

Dans le cas où l'un des signataires du compte joint serait interdit bancaire, l'autre pourrait garder la possibilité de signer des chèques. Il devra pour cela envoyer une lettre à sa banque, cosignée par l'autre titulaire du compte joint, désignant un responsable du compte qui ne soit pas la personne interdite bancaire. Il est aussi possible de se désolidariser du compte joint.