Le testament olographe, le plus simple

S'il fallait classer les quatre types de testaments en vigueur en France en fonction de leur simplicité d'exécution, le testament olographe tiendrait à coup sûr la première place. Ce document a la particularité d'être entièrement rédigé, signé, daté et cacheté par le donateur.

Ce dernier n'est toutefois pas forcément seul face à sa feuille blanche au moment de rédiger son testament olographe. Il peut en effet s'adjoindre les conseils d'un notaire qui veillera notamment à ne pas prêter le flanc à la moindre contestation des dernières volontés du testateur. De plus, un professionnel du droit sera plus à même d'éviter que le testament soit déclaré sans valeur juridique (pour un vice de forme par exemple).

D'ailleurs, si l'auteur du testament olographe reste seul maître à bord, il est tout de même conseillé de déposer ce document auprès d'un notaire afin qu'il le rende indestructible. Pour ce faire, il le fera enregistrer auprès du fichier central des dispositions de dernières volontés (FCDDV).

Le testament international, sans frontières

L'autre testament à faire un tour au FCDDV entre sa rédaction et son ouverture par les héritiers est le testament international. Il peut être écrit par une personne tierce (ni le donateur ni le notaire) mais la personne concernée par la transmission doit certifier être d'accord avec ce qu'il contient.

La particularité du testament international est qu'il peut être rédigé dans n'importe quelle langue et doit permettre de gérer la transmission de biens domiciliés dans plusieurs pays. Le testament international doit être déposé auprès d'un notaire ou d'un agent consulaire en présence de deux témoins. Sa rédaction doit également se faire devant témoins.

Le testament authentique et le testament mystique, sous surveillance

Dans le cadre du testament authentique aussi, la présence de deux témoins - qui peuvent être remplacés par un autre notaire - est obligatoire. Ce sont eux qui permettent au testament authentique de porter ce nom ! Contrairement au testament olographe, il est rédigé par le notaire qui met par écrit les dernières volontés du donateur. Pour toutes ces raisons, la rédaction d'un testament authentique est un acte qualifié de "public".

Le quatrième et dernier type de testament, dit "testament mystique", est également rédigé en présence de deux témoins. Rédigé par le donateur, il est remis à un notaire mais ce dernier n'a aucun droit de regard sur les dispositions prises ni leur présentation. Contrairement au testament olographe, le testament mystique comporte donc un risque, limité si on connait bien sa situation successorale, d'annulation ou de polémiques entre héritiers.