J'ai des voisins bruyants, qui n'hésitent pas à faire la nouba jusqu'au petit matin, mettent la musique trop fort, et me réveillent lorsqu'ils rentrent de boîte de nuit et que je me lève pour aller travailler... Et lorsque ce n'est pas leur mode de vie un peu trop festif, voilà qu'ils font des trous de perceuse le dimanche matin ! Lorsque l'on habite en ville, il y a toujours, à un moment ou à un autre, un problème du voisinage qui se pose.

D'abord à l'amiable

Si j'angoisse à la seule idée de passer du temps chez moi. Je dois agir ! D'abord, je peux tenter une démarche à l'amiable: je peux sonner chez le voisin en question lorsqu'il fait du bruit et le lui signifier. Ou lui envoyer un mail, ou une lettre que je glisse dans sa boîte aux lettres. Si je pense que mon intervention est inutile, je ne prends toutefois aucun risque et me contente de passer à l'étape suivante.

Une constatation par huissier de justice

Cette étape n'est autre que la constatation du bruit par un huissier de justice. A Paris, le site Huissiersdeparis.com propose des interventions de nuit, ce qui peut être particulièrement pratique dans le cas de voisins un peu trop festifs. Je peux recueillir des témoignages concordants, puis envoyer cette lettre en recommandée au voisin en question pour qu'il cesse ses activités.

Si je suis locataire, je peux faire appel au propriétaire de mon logement pour qu'il intervienne. Si je suis le propriétaire du logement et qu'il est situé en co-propriété, je peux faire part de mon désarroi au Syndic de copropriété voire mettre ce trouble à l'ordre du jour de la prochaine Assemblée générale.

Appel à la mairie ou à la police

Si tout ceci ne change rien, je peux faire également appel à la mairie et demander l'intervention du maire par courrier, puisque l'une de ses obligations est de faire respecter la tranquillité publique.

Quid de la police? Je peux, si je ne trouve aucune solution, appeler la police ou la gendarmerie, pour qu'ils fassent cesser les nuisances. Le voisin mis au cause peut écoper d'une amende de 68 euros, 45 euros si il paie tout de suite, et 180 euros s'il ne la paie pas dans les 30 jours suivant l'envoie de la contravention. Il est toutefois possible que la police ne fasse pas le déplacement: je peux déposer une main courante au commissariat ou déposer plainte pour tapage nocturne ou diurne. Mon voisin sera alors convoqué au commissariat... voilà qui pourrait définitivement lui faire passer l'envie de mettre la télé un peu trop fort !